Dubrovnik, Croatie – Kotor, Monténegro

  • Date: 1er août 2017
  • Heure de départ: 11h30
  • Heure d’arrivée: 17h00
  • Température: soleil

Cliquez pour voir la carte sur Google Maps

Notre stationnement arrivait à expiration bientôt après le lever alors nous nous sommes dépêchés de retourner vers la voiture pour quitter Dubrovnik. Audrey avait formulé le souhait de voir un panorama de ville, ce qui n’a pas été trop dur à trouver une fois sur la route.

Le passage du côté monténégrin de la frontière s’est fait sans embrouille. Tous les papiers du véhicule est des voyageurs qu’il transportait ont été inspectés sans accrochage, ce qui augure bien pour les prochaines frontières. Une fois entrés au Monténégro, nous n’avons pas pu nous empêcher de remarquer que le niveau de chaos avait grimpé d’un cran. Comme de fait, le pays n’en est pas encore tout à fait au même stade de développement que son voisin du nord, la Croatie. Par conséquent, il s’y observait plus de déchets, moins de trottoirs et d’aménagements piétonnier et plus de développement urbain anarchique.

Nous devions aller passer une journée à Kotor et une à Podgorica, mais suite à une discussion la veille avec deux finlandaises que revenaient de là, Audrey a réorienté les plans vers un deux jours à Kotor. Ville médiévale nichée au creux de bouches éponymes, Kotor est coincée entre deux montagnes au fin fond d’une énorme baie serpentant entre les sommets qui la surplombent. D’ailleurs, elle s’est faite inscrire au patrimoine mondiale de l’UNESCO tellement elle est splendide, chose que nous avons rapidement confirmé en y arrivant. Nous avons fait un arrêt un peu avant Kotor dans la baie à Perast pour s’y restaurer à peu de frais et ce même dans l’établissement attrape-touriste typique. Un grand soulagement, car les semaines précédentes n’avaient pas été données.

Perast

Hôtel abandonné à Kotor

Une fois à Kotor, l’hostel se trouvait dans la vielle ville piétonnière, alors la voiture a été reconduite sur une place de stationnement devant un complexe hôtelier abandonné (oh que j’aurais aimé aller l’explorer…) Cela n’avait pas empêché aux locaux de se servir des anciennes installations en décrépitudes pour en faire une plage publique. Il faut dire que c’était probablement le meilleur coup d’oeil de la ville depuis le milieu de l’eau.

 

Les remparts de Kotor

L’auberge qu’Audrey avait sélectionné était ce que j’appelle un établissement avec valeur ajoutée. Au programme chaque jour : excursions, repas communautaires, pub crawls, etc. Excités par l’offre et le contact rafraîchissant avec d’autres touristes de notre trempe, nous nous sommes prévalus des deux dernières options. Ce faisant, nous avons dîné à la cuisine monténégrine (patate, bœuf haché et saucisses) sympathisé avec un Brésilien qui par hasard s’en allait lui aussi en Asie Centrale (sauf qu’il passait par l’Iran) et passé la soirée jusqu’au petites heures avec deux Portugais et un Suisse. Digne de mention aussi, plusieurs discussion avec nu monténégrin qui s’était joint aux festivités. Souffrant d’un contexte de « petit pays » tout comme la Slovénie, les pays baltes et autres, les monténégrins n’ont d’autre choix que de s’ouvrir sur le monde et d’apprendre d’autres langues s’ils espèrent un quelconque futur économique. Ainsi, ils en deviennent éduqués, ouverts et chaleureux; c’est tout à leur honneur.

Finalement, la police aura eu raison de la soirée au bar. En fêtard autonomes que nous sommes, nous avons repris le chemin de l’auberge pour retrouver le reste de sangria du souper et terminer par une longue discussion sur la politique.

2 thoughts on “Dubrovnik, Croatie – Kotor, Monténegro

  1. Kotor c’est beau! La vallée, les remparts et la baie dans ton prochain post c’est époustouflant comme scène. Ma ville préféré de ton voyage jusqu’à date.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *