Comment assister au lancement d’une fusée à Baïkonour (gratuitement)

English version

Il y a en gros quatre manières d’assister au lancement d’une fusée à Baïkonour:

  1. Depuis l’extérieur du cosmodrome
  2. Avec une agence de tourisme accréditée à vous emmener à l’intérieur du cosmodrome
  3. En donnant un pot-de-vin au personnel de sécurité russe
  4. En entrant par effraction

Option 1 : la manière légale et gratuite (depuis l’extérieur)

Mes recherches concernant cette option n’avaient pas donné d’information utile, d’où la rédaction de cet article. J’espère qu’il aidera de futurs voyageurs à assister au fascinant spectacle qu’est le lancement d’une fusée dans l’espace. En résumé, même depuis l’extérieur du cosmodrome à près de 27 kilomètres de la plateforme, l’expérience reste des plus impressionnante et vaut largement tout le tracas de se rendre à Baïkonour par la route.

Selon moi, le meilleur point d’observation se situe sur l’autoroute à 18 kilomètres à l’est de Toretam. C’est l’endroit accessible le plus près du Départ de Garagin, la plateforme d’où sont lancées les fusées Soyouz en direction de la Station Spatiale Internationale. Il est aussi orienté parallèlement à la trajectoire de la fusée. En plus, c’est un endroit facile d’accès en voiture et un bon site de camping pour la nuit.

Point violet: Départ de Gagarin
Point vert: point d’observation

Les lancements de Soyouz (et probablement tous les lancements depuis Baïkonour) décollent tous puis orientent leur trajectoire vers le nord-est pour deux raisons. Premièrement, la SSI orbite la terre dans cette direction et deuxièmement, si quelque chose se passe mal durant le lancement, la fusée et/ou ses débris tomberont en territoire kazakhe et/ou en Sibérie, deux zones très peu populeuses et sous contrôle russe.

Option 2 : l’agence de tourisme

Plusieurs agences de tourismes sont accréditées par Roscosmos (l’agence spatiale russe) pour amener des touristes à l’intérieur du cosmodrome sur la plateforme d’observation à 3 kilomètres du lancement. Cette option est certainement la plus fiable et la plus sécuritaire, mais c’est aussi la plus cher (plusieurs centaines d’euros) et doit être réservée des mois à l’avance.

Option 3 : le pot-de-vin

Voir l’histoire détaillée ici

Selon mes recherches sur le terrain, payer le personnel de sécurité coûtera environ 13000 roubles russes par voyageur. À savoir si ce montant vous laissera passer à l’intérieur du cosmodrome ou vous jettera dans la gueule du loup, c’est une question à laquelle je ne peux pas répondre, car j’ai été contraint de l’abandonner à la toute dernière minute. Vos meilleures chances d’y parvenir est d’aller discuter avec les chauffeurs de taxis de Toretam, la ville kazakhe voisine au cosmodrome. Inutile de spécifier que cette technique comporte ses risques.

Option 4 : entrer par effraction

Le cosmodrome est localisé sur une grande étendue de steppes au milieu du Kazakhstan et à en juger par sa taille, je doute qu’il soit clôturé. Depuis la route jusqu’au Départ de Gagarin, la plateforme d’où partent les vols vers la SSI, il faut compter à peu près 27 kilomètres. Cependant, je suis certain que les Russes ont installé des dispositifs de surveillance pour sécuriser le site. Caméras thermiques, radars, patrouilles, etc. tout y est probablement pour au moins s’assurer qu’aucun cheval ni chameau n’entre sur le site (et force l’annulation d’un lancement); il existe certainement une manière de détecter tout être vivant se trouvant à l’intérieur du périmètre du cosmodrome.

Pour ma part, je ne voudrais surtout par me faire intercepter par les forces de sécurité. En plus d’être entré par effraction dans le cosmodrome, vous seriez aussi entré en territoire russe. Les risques sont énormes.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *