La Tunisie

IMG_7838

En apprenant que le programme de médecine offrant la possibilité d’aller passer trois mois à l’étranger pour y faire des stages, je n’ai pas pu m’empêcher de postuler. Après tout, quel meilleur moyen de voyager que de travailler et vivre ailleurs? Certes, vagabonder en voiture/sac à dos offre son lot de découvertes et de défis, mais deux jours par ville ne laissent guère le temps de découvrir une société dans toute sa profondeur et sa complexité.

Médina de TunisLe profil international me donnait l’option entre divers pays européens (d’emblée éliminés car potentiellement trop similaires au Canada dans leurs standards de pratiques) le Pérou, la Tunisie et Madagascar. Mon premier choix a été le Pérou histoire de redonner un coup de poli sur un espagnol terni par les années, le deuxième, la Tunisie. J’appris que les deux places au Pérou avaient été d’office données à deux étudiants s’étant fortement impliqués dans le profil international. Ce fut donc l’Afrique du Nord.

Au programme, un stage à l’urgence, en chirurgie générale et finalement la médecine interne.

Panorama de Tunis

Tunis

Arrivée

IMG_7746Histoire de faire un peu de tourisme avant de commencer les stages, j’ai choisi de m’installer dans la médina de Tunis. Ayant pu l’arpenter de long en large à toutes heures du jour et du soir, je dois avouer qu’elle mérite toutes les louanges du Guide du Routard, du patrimoine mondial de l’UNESCO et même plus. Quelques allées ont définitivement une saveur boutique de souvenir, mais la plus grande superficie de cette incroyable dédale de rue a tout d’un authentique lieu de vie, et il a fait bon s’y perdre.

Depuis le Canada, j’avais pendant quelques heures tenté de me trouver un appartement sur les internets histoire de me sécuriser un lieu de vie avant mon arrivée, mais sans succès. On allait voir une fois sur place. Comme de fait, en cherchant non loin de l’hôpital un lieu où passer les prochains mois, une tunisienne m’arrête et me questionne sur la raison de ma présence dans ce quartier. Je lui déballe mon histoire et sans me demander d’autres informations elle m’offre aussitôt son appartement. Elle vit en Suisse et s’apprête à y retourner; lorsqu’elle s’absente, son appartement est vacant. Il se situe à environ 40 minutes de marche de l’hôpital, ce qui était dans le rayon que je m’étais donné. Elle m’y amène et au terme de la visite me demande combien je veux payer. 500 dinars (~230$) par mois dis-je un peu au hasard et à ma grande surprise elle accepte. J’apprendrai plus tard que l’endroit valait au bas mot deux fois plus…

La vue de mon appartement
La vue de mon appartement
La vue de mon appartement
Et au coucher du soleil…

Une porte à Sidi-Bou-SaidLe tout petit hic, c’est que j’allais devoir vivre pendant deux petites semaines dans sa villa … en rénovation. Bof, l’endroit était à deux pas et j’allais avoir une chambre fermée à clé. De plus, les lieux étaient habités en quasi permanence par Ali, son gardien de chantier et un homme des plus pieux à en juger par radio-Coran qui jouait à tue tête en permanence.

Installé

Content d’avoir bouclé la question du logement en quelques jours, j’ai pu profiter de mes journées de congé pour visiter Tunis. Avide marcheur, j’ai parcouru à pied une énorme portion de la ville. Le centre ville colonial a une saveur définitivement française (en un peu plus délabré), les quartiers populaires sont décidément arabes et les quartiers riches … sont riches.

Hommes assis prenant un café
Prendre le café, un sport national

En somme, c’est vraiment la médina qui vaut le détour.  Du reste, ce sont principalement des dédales de rues ceinturées de grands boulevards. Les commerces se ressemblent tous (cafés, sandwicheries/pizzerias) et il y a une quasi absence de vie de trottoir. En la parcourant, l’on réalise rapidement que la Tunis moderne n’a guère plus d’attraits qu’une banlieue occidentale: aseptisée et uniformisée.

Pas surprenant donc qu’on suggère aux touristes de ne pas trop s’y attarder.  En ce qui me concerne, j’y ai passé suffisamment de temps pour m’approprier l’endroit et me construire un réseau de petites places que j’aimait visiter régulièrement pour un café, un verre ou un moment de balade. J’ai pour dire que lorsque plusieurs millions d’être humains se regroupent dans une zone pour y vivre (sur une base permanente…), il doit bien y avoir quelques trucs à faire.

Marché à Tunis

Le reste de la Tunisie

Escaliers à TabarkaJ’aurais somme toute peu vu de la Tunisie pour y avoir passé trois mois; de lourdes semaines de travail avec parfois pour seul congé le dimanche m’ont lassé peu de temps pour aller explorer le territoire.

Tout de même, j’ai été en mesure d’aller passer une petite fin de semaine à Tabarka, ville de l’ouest non loin de la frontière algérienne connue pour sa charmante côte et son ambiance de villégiature. Le tourisme ayant pris la plonge depuis la révolution, Tabarka ne semble plus être aussi active qu’elle n’a pu l’être dans le passé. N’empêche, j’aurais pu y faire un peu de plongée et me prélasser un brin dans un quatre-étoiles qui ne m’aura côté qu’un petit 50$ par nuit.

Deux femmes au fort de Tabarka

Mausolée d’Habib BourguibaÉgalement, j’ai pu aller visiter Sousse pour un accès plus direct au bord de mer et une belle balade dans sa médina. Sousse semblait avoir été avant l’effondrement du tourisme européen une destination très prisée. Aujourd’hui, la moitié des hotels sont abandonnés et le reste d’entre eux sont fréquentés par des cars entiers de russes. Là encore, j’ai pu aller plonger dans la ville d’à côté. L’équipage du bateau a été fort sympathique, mais les plongées tout à fait pourries du fait de clients trop débutants. Sorti de l’eau, je suis passé par le mausolée d’Habib Bourguiba, richement décoré et aux allures de mosquée puis ait regagné Tunis par un louage, sorte de minibus bon marché peu confortable mais peu onéreux également.

IMG_7910

J’ai aussi pu mettre les pieds à Bizerte, car seulement à 1h de louage de Tunis. Dernier bastion français post révolution, l’envahisseur européen l’a désertée aux prix de combats qui encore aujourd’hui font la fierté du peuple tunisien. Ils n’auront laissé qu’une belle architecture, un sympathique port et une ambiance qui a tout pour plaire et faire oublier la frénésie de la capitale.

Port de Bizerte

Vers la fin du séjour, mes parents et ma copine sont venu me rejoindre. Eux s’étaient donnés deux bonnes semaines et je me suis arrangé pour faire concorder un stage à Tozeur dans le sud pays avec leur trajet. Ce stage n’était pas officiel, mais un chirurgien avec qui je me suis lié d’amitié m’y a invité pour aller opérer. L’hôpital régional de cette petite ville aux abord du désert est en découverture de spécialistes, alors le ministère de la santé y envoie des médecins de la capitale en rotations d’une semaine. Tozeur est connue pour son oasis de dattiers et Tatooine. En effet, c’est là que plusieurs scènes des films Star Wars ont été tournées. Du reste, mes parents, ma copine et moi nous sommes baladés dans le paysage, profitant des dunes, des palmiers et du chott, grande étendue de sel qui quelques semaines par année se remplie d’eau. Aux abords de la route le traversant, nous avons remarqué que certaines dépressions étaient encore bien submergées. Je ne me suis pas fait prier pour enfiler mon maillot de bain et y sauter pour un effet des plus satisfaisants (comme dans la mer morte). Saturée de sel, l’eau est si dense qu’il est possible sans efforts de flotter les bras et les jambes au sec.

Bus abandonné dans le désert

En chirurgieQuestion chirurgie, l’équipe de l’hôpital a été dans plus accueillante, enchantée de rencontrer un visiteur étranger dans leur petit coin de pays. Sur deux jours, j’ai pu être premier assistant durant de belles procédures.

 

Chameaux

Les stages et le système de santé tunisien

Sans grande surprise, le système de santé tunisien est calqué sur le système français, tant dans sa gestion que dans la formation de son personnel. Le rôle des étudiants en médecine y est notamment très effacé et académique, contrairement au Canada, où nous sommes largement intégrés aux équipes. Un externe en médecine n’a certes pas le même niveau de responsabilité qu’un résident ou patron, mais ceci en retour nous libère temps et énergie pour être à l’écoute des patients qui nous sont attitrés, nous adonner à des tâches plus administratives et finalement jouer un rôle de surveillance auprès des malades. À ce titre, nombre de mes patients auront cru jusqu’à leur congé que j’étais en fait leur médecin (mon âge contribuant à cette impression il faut dire…), car parmi l’équipe médicale, j’étais le visage qui passait une heure chaque jour pour prêter oreille à leurs plaintes, leurs doléances, répondre à leurs interrogations concernant leur soucis de santé et les tenant informé de ce que l’équipe décidait pour eux.

En Tunisie, les étudiants passent la matinée dans la spécialité qu’ils étudient l’après-midi à l’université, ce qui au mois a comme effet de donner une touche concrète au théorique. La tournée du matin est dirigée par le grand professeur, qui passe chaque patient du service en revue et en profite pour questionner à outrance ses résidents et ses étudiants, usant souvent de cette fameuse pédagogie par l’humiliation lorsque les réponses données ne lui conviennent pas. Le pauvre patient affaissé dans sont lit doit bien se sentir comme un cobaye. On le manipule et le pointe du doigt et de surcroît la tournée est faite en français, langue de la classe éduquée tunisienne, mais qui n’est que très superficiellement comprise par la population générale. Cette entreprise prendra le plus clair de la matinée, ce qui ne laissera aux pauvres étudiants guère l’occasion d’aller écouter et examiner un malade pour réfléchir sur la meilleure manière de le soigner.

L’éducation académique tunisienne est excellente et j’ai été plus d’une fois impressionné à quel point mes collèges étaient savants et me déclassaient complètement au plan théorique. Quand venait le temps d’examiner et agir par contre, j’étais d’un niveau largement supérieur. Ainsi, les médecins du service s’en sont rapidement rendu compte et m’ont laissé me distancer du rôle d’étudiant pour prendre davantage part aux activités cliniques du service.  Ils étaient pour la majorité bien au courant des ratées du système français, qui sert plus des objectifs académiques que les patients. Plusieurs d’entre eux d’évertuaient d’ailleurs à faire évoluer la manière dont la médecine s’enseigne dans leur pays.

Or des forces traditionalistes s’opposent au changement, provenant principalement du corps professoral et des hautes instances académiques. Grands professeurs qui d’ailleurs semblaient très peu impliqués sur le terrain et qui aux dires de beaucoup passaient la majeure partie de la semaine en clinique privée, où leurs grands titres académiques leur apporte prestige et clientèle.

Car le succès comme médecin tunisien passe maintenant par la pratique privée. Autrefois le meilleur système de santé publique de l’Afrique, la chute de la dictature, l’écroulement de l’économie qui a suivit et un syndicalisme abusif ont eu raison de la qualité des soins de santé dans le pays. Le matériel manque, les infrastructures tombent en ruine et le personnel infirmier, largement dépassé et en manque d’effectif, semble avoir jeté l’éponge et ne s’en tient qu’au minimum exigé par leur convention collective (1 infirmière pour 10 lits de soins intensifs de nuit… par exemple)

La plupart des médecins choisissent donc de quitter le système public pour aller pratiquer au privé ou carrément émigrer vers l’Europe. La vaste majorité de mes collègues avaient d’ailleurs comme objectif la France ou l’Allemagne. Aller chercher équivalences et permis avait tout l’air du parcours du combattant. Les opportunités dans les pays du Golfe foisonnaient, mais cette opportunité était moins populaire, car les Tunisiens affectionnent quand même leur culture plus libérale. Bref, ceux qui avaient choisis de rester le faisaient principalement par conviction et service. Je suis fiers d’avoir pu côtoyer certains d’entre eux, qui malgré les difficiles conditions, le salaire dérisoire, le manque de ressources, restent en poste pour soigner la population.

En conclusion

Je suis non seulement venu en Tunisie pour m’exposer à une manière différente de pratiquer la médecine mais surtout pour y travailler mes mécanismes d’adaptation. N’ayant pas suivi un parcours académique classique, je n’avais pas eu l’occasion d’aller vivre l’expérience de l’échange international. Je comptais donc sur ce voyage pour combler ce manque. Trois mois dans le système de santé tunisien n’auront eu rien de reposant et foncièrement festif, mais en frais d’expériences et de rencontres, le séjour fut riche. De repassage dans la région, il me fera le plus grand plaisir d’aller saluer de bon amis et profiter de bonnes adresses dans ce fantastique pays que je considère désormais comme étant un peu chez moi.

Petit étal à Tunis

Se faire voler deux cellulaires …

IMG_7784

Les galères en voyage font d’excellents souvenirs et celle-là se classe haut dans la liste.

Histoire de se donner un peu de mobilité, nous avions loué à Tunis une voiture afin de nous rendre en province faire un peu de tourisme.  Audrey était assise dans la place passager avant et se chargeait du guidage routier avec le téléphone de mon père.

La fenêtre de la voiture était entre-ouverte afin de laisser passer un peu d’air.

En un éclair, quelqu’un a passé sa main par l’ouverture et a saisi le cellulaire que ma copine tenait dans ses mains. Aussitôt, je suis sorti de la voiture pour courir après le voleur, mais 100 mètres plus loin son acolyte a commencé à me lancer des pierres. J’ai donc mis fin à poursuite et les deux malfaiteurs se sont enfuis dans le quartier non loin.

Nous nous sommes arrêtés au rond point pour reprendre nos esprits. Mes parents et ma copine étaient décidés à accepter la perte, mais j’ai poussé pour que nous appelions les voleurs avec mon téléphone afin de négocier un prix. Ne parlant pas l’arabe, je suis allé non loin de là trouver deux locaux qui buvaient de la bière en regardant des adolescents jouer au soccer et je leur ai expliqué la situation. Au premier appel , les ravisseurs ont décroché et nous en sommes venus à négocier un prix. Je suis retourné à la voiture me débarrasser de tout ce qui était de valeur sur moi pour n’avoir que l’argent de la transaction (100 dinars de moins en fait, devant la somme nous espérions que le voleur allait accepter la transaction). Mon père et moi sommes retournés voir nos deux ivrognes pour ne trouver que l’un des deux. Il était encore chaud pour la transaction. Je me suis engagé à ses côtés dans le quartier, laissant mon père avec les jeunes qui jouaient sur le terrain. Quelques minutes de marche plus tard, mon traducteur me demande l’argent. Je lui dit que je je veux voir le téléphone volé avant. Nous appelons les ravisseurs à nouveau pour nous assurer que la transaction à encore lieu, puis mon aide me demande mon téléphone pour aller à leur rencontre. Je lui propose de prendre son téléphone, mais ne voulant pas que son numéro soit connu, il refuse. Bon … c’est risqué, mais mon portable usé à la corde ne vaut de toute manière presque rien alors j’obtempère.

5, 10 puis 15 minutes s’écoulent et pas de trace de l’intermédiaire. Rapidement, j’ai accepté que je m’étais fait avoir et après avoir fait le tour du quartier et demandé à plusieurs passants s’ils avaient vu un barbu bedonnant avec un cellulaire à la main, tous me répondent que non. Je me rends finalement à l’évidence et rentre retrouver mon père au point de rendez-vous et le trouve entouré de jeunes en train de blaguer. Je lui dis que je retourne dans le quartier demander pour voir si à tout hasard mon interprète n’est pas revenu mais à mon retour, mon père n’est plus à notre point de rendez-vous.

Je cours rejoindre ma mère et Audrey pour trouver celles-ci entourées de toute la force de police du secteur. Voyant que nous ne revenions pas, elles sont allées au contrôle policier du rond point pour sonner l’alarme. Rapidement, je saute avec trois agents dans un pick-up pour aller à la recherche de mon père manquant. Le stress commençait sérieusement à monter. Quelques minutes après avoir quitté, nous recevons un appel d’autres policier nous indiquant que mon père est revenu à notre voiture de location. Voyant que le temps filait et craignant que les filles ne se fassent du soucis (c’était déjà le cas à 110%), il était revenu à la marche au point de départ de toute cette histoire.

Rendus là, plus n’avons guère eu le choix que de suivre les policiers au poste pour faire un déclaration. Pendant que nous étions assis dans un bureau délabré puant un peu la cigarette pour faire notre déposition, le reste de la force semblait en branle bas de combat. J’ai même été ramené dans le quartier où s’est déroulé le deuxième vol afin d’expliquer aux policiers le cours des événements. Ceux-ci en ont également profité pour interroger quelques locaux. De retour au poste, on finit par me présenter un adolescent d’une quatorzaine d’années me demandant si c’est lui qui a commis le crime. Je répond que non, les deux voleurs étaient dans mes souvenir plus grands et adultes. Qu’importe, le jeune est amené par le collet dans la salle d’à côté puis sérieusement malmené par quelques policiers.  On le verra sortir poussé par deux agents pour monter dans un véhicule de police, se tenant le côté du visage en sanglotant….

Une fois la paperasse en règle, nous voulions quitter mais le détective en charge du dossier nous encourage à patienter. Au bout d’une à deux heures, l’on remet un téléphone à mon père lui demandant si c’est le sien … après vérification tout semble en règle. Impressionnés, nous leur demandons bien naïvement comme ils s’y sont pris, le détective en charge de notre dossier répondra bien candidement:

En Tunisie, on ne respecte pas les droits de l’homme.

De son propre aveu, il n’auraient pas déployé autant d’efforts si nous n’étions pas touristes. Cette soirée là, toute la force s’est mobilités pour que nous ne gardions pas de un goût amer de notre passage dans leur pays. Encore plein d’adrénaline, nous avons regagné mon appartement et remis nos plans de voyage au lendemain.

Quelques jours plus tard, de retour dans la capitale, je reçois un coup de fil de la police pour m’informer que mon cellulaire a été retrouvé. Je me présente au poste de police et l’on m’invite dans un bureau où menotté je retrouve l’ami du tunisien qui m’a déjoué de mon téléphone. Me voyant, celui-ci m’implore de dire aux policiers qu’il est innocent, ce que je m’empresse de faire. Aussitôt les menottes sont retirées et frottant ses poignets endoloris, l’homme me confie avoir passé 3 jours derrière les barreaux pendant que son frère était allé chercher mon téléphone à 250km, car le barbu bedonnant qu’il m’avait dérobé mon téléphone n’était en fait qu’en visite à Tunis.

Déjà que je trouvais douteux qu’un jeune se soit fait brasser par la police… Qu’un homme passe 3 jours derrière les barreaux pour un vieux cellulaire dont la valeur ne dépassait pas les 40$? Disons que ma conscience était de moins en moins confortable avec le cours des évènements. Une fois sorti du poste, après 500 mètres, je me rend compte qu’un individu tente de me rattraper à la course. Je m’arrête. Mon poursuivant, un homme passé la soixantaine, peine à reprendre son souffle, mais parvient quand même à me faire comprendre dans un français cassé que la police détient son fils à cause de moi. Je prend l’épaule du monsieur et lui explique lentement en le regardant dans les yeux que j’ai clairement dit à la police que son fils était innocent. Je lui demande après de sortir son téléphone et sur ce dernier je compose mon numéro afin qu’il puisse me rejoindre s’il y a quoi que ce soit. Finalement, je sors de mon porte-feuille suffisamment d’argent pour compenser une partie des frais qu’ont encouru ces pauvres gens.

Heureusement, cette histoire ne viendra pas me déranger du reste de mon séjour. Tous les tunisiens me confirmeront que nous avons eu le droit au traitement touriste. Les petits larcins du genre son fréquents dans la capitale et il semblerait que la police a plutôt tendance à fermer les yeux sur ces crimes en échange d’une exaction sur les bénéfices des cercles de voleurs.

Même si le récit laisse transparaître du danger et de l’insouciance de ma part, il n’en est pas ainsi. Oui nous aurions pu accepter la perte du cellulaire et poursuivre notre voyage, mais disposant d’un moyen de communication direct avec les voleurs, nous devions tenter de négocier une ransom avec eux. Personne n’a jamais été en danger  et à chaque étape du processus nos gardes étaient assurées. Du reste, cet incident aura servi à réitérer l’importance d’éviter de montrer ses objets de valeur et de toujours sécuriser son véhicule, même lorsqu’on roule.

Bord de l’eau à Tunis

Tour du Nord du Québec et de l’Ontario – Jour 10 à 13 (retour vers Québec)

Screenshot from 2020-06-21 17-12-20

Quelques jours à vagabonder dans la région d’Ottawa et de Montréal entre famille et amis ont fait le plus grand bien à mon derrière :) Les distances étaient considérables, mais rien du niveau des journées précédentes.

Tour du Nord du Québec et de l’Ontario – Jour 10 à 13 (retour vers Québec)

Notoirement pénible, traverser Montréal en pleine heure de pointe à 30+ degrés. J’ai éprouvé un état thermique me rappelant Toulouse l’été en France sur ma moto de l’époque. Et pourtant, j’étais parti tôt pour éviter la circulation…

Tour du Nord du Québec et de l’Ontario – Jour 10 à 13 (retour vers Québec)

Voilà la fin de cette petite escapade totalisant près de 5000km. Disons que j’aurais préféré pouvoir partir en Europe, mais dans les circonstances, je me suis senti décrocher passablement. L’est du Canada n’a certainement pas le pittoresque des routes européennes ou asiatiques, mais en frais de grands espaces, grandes distances et solitude, c’est dur à battre. Les conditions climatiques n’ont pas été toujours de mon côté également, mais pour la première fois de ma vie, je les ai affrontées avec le bon équipement et m’en suis sorti plutôt confortablement.

Tour du Nord du Québec et de l’Ontario
Le trajet total

C’était donc la première expédition nord-américaine. Il y en aura bientôt d’autres … la moto que j’avais emprunté pour faire le périple m’appartient maintenant. Mon ami me l’a offert et disons que l’essai que j’en ai fait est plus que concluant.

Tour du Nord du Québec et de l’Ontario – Jour 10 à 13 (retour vers Québec)

 

Tour du Nord du Québec et de l’Ontario – Jour 9 (Simcoe County à Gatineau)

Tour du Nord du Québec et de l’Ontario – Jour 9 (Simcoe County à Gatineau)

Tour du Nord du Québec et de l’Ontario – Jour 9 (Simcoe County à Gatineau)
Mon havre pour la nuit

Sitôt réveillé sitôt parti pour une énorme journée de moto dans le coeur de l’Ontario. Les champs ont vite laissé place à de la forêt mixte et de sympathiques lacs et chalets.  Ça roulait bien et j’ai rapidement rejoint Carleton Place pour aller rendre visite à un ami.

Une fois dans Ottawa, j’en ai profité pour me payer un petit tour du canal Rideau et du centre-ville, me remémorant quand même avec nostalgie les quelques années que j’ai passé dans cette magnifique ville.

Tour du Nord du Québec et de l’Ontario – Jour 9 (Simcoe County à Gatineau)

Tard dans la soirée, j’ai rejoint la maison d’un autre ami à Gatineau. Pour les prochains jours, j’allais rester dans la région histoire de passer quelques moments entre amis et famille puis tranquillement regagner Québec. À partir de là, j’étais en terrai connu et ici s’achevait l’aventure.

Tour du Nord du Québec et de l’Ontario – Jour 9 (Simcoe County à Gatineau)

Tour du Nord du Québec et de l’Ontario – Jour 8 (l’île Manitoulin à Simcoe County)

 

Tour du Nord du Québec et de l’Ontario – Jour 8 (l’île Manitoulin à Simcoe County)

Au réveil, je fais la connaissance de Réal, un Franco-Ontarien de Sudbury qui m’apporte un café. Sa femme a remarqué ma moto plaqué Québec et il m’invite à aller manger des oeufs du coin avec du bon bacon. J’aurais adoré, mais j’avais un ferry à prendre.

Tour du Nord du Québec et de l’Ontario – Jour 8 (l’île Manitoulin à Simcoe County)
Départ de l’île Manitoulin

Une fois arrivé de l’autre côté à Tobermory, j’ai circulé un peu dans la ville puis suis allé faire une petite marche dans le parc Fathom Five pour profiter un peu plus de ces magnifiques paysages de la Baie Géorgienne avec son eau d’un bleu Caraïbes. Tobermory il s’adonne est le paradis canadien de la plongée. De l’eau claire, des visibilités incroyables et de nombreuses épaves; voilà longtemps que cet endroit est sur ma liste d’explorations sous-marines. Hélas, impossible de louer de l’équipement en raison de la situation sanitaire; ce sera donc pour une autre fois.

Tour du Nord du Québec et de l’Ontario – Jour 8 (l’île Manitoulin à Simcoe County)
Tobermory
Tour du Nord du Québec et de l’Ontario – Jour 8 (l’île Manitoulin à Simcoe County)
La Baie Géorgienne

Pour le reste de l’après-midi et de la soirée, j’ai roulé autant que possible le long de la côte, traversant de parfaits villages en briques et profitant d’excellentes routes. J’aurais espéré pouvoir m’installer le long de la côte et profiter du coucher de soleil, mais l’endroit est à ce point occupé par des résidences secondaires qu’il me fut impossible de dénicher un coin à l’abris des regards. Pas plus de chances dans les terres, toutes occupées par des champs et des maisons.

Tour du Nord du Québec et de l’Ontario – Jour 8 (l’île Manitoulin à Simcoe County)

Vers 22h30, la nuit déjà tombée, j’étais rendu à me résigner au prochain motel. Trouver un endroit propice au bivouac de nuit n’est pas une mince affaire… Par chance, je suis tombé sur une petite église protestante de rang avec une belle pelouse. La messe était hier, alors quiétude assurée le lendemain et en plus, personne n’ira déranger un voyageur fatigué ayant trouvé repos sur une propriété du Seigneur.