Mysore, Inde

Mysore est connue pour son splendide palais d’inspiration européenne, mais avec une touche définitivement indienne. Du reste, ni notre guide ni d’autres voyageurs rencontrés ne recommandent d’y passer plus qu’une journée. Nous étions tout de même bien tombés, car chaque dimanche soir, le palais s’illumine au grand bonheur des spectateurs.
Le problème avec le transport de nuit, c’est qu’ils arrivent toujours trop tôt à destination. Du coup, on est systématiquement coincé pour attendre l’enregistrement à l’hôtel afin d’y déposer nos affaires. Histoire de maximiser notre temps à Mysore, nous avions optés pour un logement plus cher, mais à proximité des attractions. Arrivés sur place, ils n’ont plus de chambres et veulent nous déporter à 4 kilomètres. Ne voulant rien savoir, nous sommons le gérant de nous rendre notre dépôt. Finalement, ce dernier nous dit de patienter un peu, opère de sa magie indienne (lisez: être professionnel et à son affaire) et parvient à nous louer la chambre que nous avions réservé. Comme quoi en Inde, il y a toujours moyen.
Trouvez la blanche

Nous avions grand peur que le prix d’admission au palais soit gonflé pour les touristes, mais heureusement, il n’en était pas ainsi. Cinquante roupies (1$) plus tard et nos chaussures enlevées, nous voilà donc à l’entrée du bâtiment. La cohue était telle que le tour du palais s’est faire au coude à coude, naviguant une marée de gens qui nous poussaient inexorablement dans le sens de la visite.

Trouvez la surprise!

Les Indiens voyagent pas mal dans leur pays alors ils étaient légions à Mysore. Personne ne manquait une occasion de se prendre en selfie dans chaque salle du palais (en se positionnant de manière à nous avoir dans leur photo), de filmer chaque menu instant de leur visite ou encore de prendre des photos de tout et n’importe quoi. Au tout début, Audrey et moi ne manquions pas non plus une occasion de se foutre un peu de leur gueule, mais avec le temps, ça en était devenu même un peu attachant. Je plains leurs amis Facebook par contre… Ces photos, ils doivent bien les partager avec quelqu’un? Le selfie est une institution ici. Les Indiens l’utilisent à ce point à outrance que désormais le marketing des téléphones est orienté en ce sens: “best for selfie”, “capture the real you”, etc. Pour ma part, j’y vois l’opportunité d’une petite analyse sociologique : le selfie est pour l’Indien une manière d’actualiser son individualité dans une société non seulement très dense, mais aussi très conformiste et traditionaliste. Peut-être parviendrais-je à développer davantage cette théorie au fil du voyage.

Une vache… jaune!

Sortis du palais, nous avons quitté ses environs pour aller rendre visite à une église (toutes les religions se côtoient en Inde) en esquivant au passage une tentative somme toute bien ficelée de nous emmener dans un guet-apens. Par la suite, un passage au travers du marché et nous  étions de retour au palais de Mysore pour l’illumination. Les marchés en Inde mérite leur petite parenthèse ici. Audrey et moi affectionnons énormément ce genre d’endroit, car nul par autre ailleurs dans la ville peut-on assister à autant de petites tranches de vie quotidienne. Par le fait même, nul par autre peut-on avoir un aperçu aussi condensé de la culture d’un endroit. Justement, nous attendions notre premier passage dans un marché Indien avec impatience et l’expérience n’a pas déçue.

Encore plus qu’ailleurs, le marché Indien est chaotique, mais il est odorant de tous les mélanges d’épices (et d’ordures…) possibles et riche en couleurs de toutes sortes. Les offrandes étant une affaire d’importance dans la religion hindoue, dans chaque marché se trouve une section entièrement dédiée aux fleurs. Elles arrivent à la poche et sont toutes tressées sur place en colliers multicolores. Les Indiens les achètent  ensuite et vont les mettre au cou de la divinité la plus à même de leur donner de bonnes auspices.
Devant le palais, Audrey et moi nous sommes posés pour attendre patiemment l’illumination. Une demi-heure plus tard, c’était fait, les photos étaient prises, et nous sommes allés rejoindre nos amis allemands rencontrés la veille pour aller prendre un verre. Au passage, ils avaient récupéré un Australien qui errait seul dans les parages et c’est donc à cinq que nous sommes allés au bar … à deux bars en fait pour n’en sortir que très tard. Du moins, tard pour l’Inde. Nous avons passé une excellente soirée, mais il est peu probable que nos chemins se croisent à nouveau. Au moins, nous avons leur contact Facebook alors nous pourront peut-être leur envoyer … des selfies.

6 Replies to “Mysore, Inde”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *