Camp de l’autre côté de l’Afghanistan, Pamir – Le plus beau camp du voyage, Pamir

  • Date : 7 octobre
  • Départ : 10h00
  • Arrivée : 17h30
  • Température : soleil
  • Route : pourrie

Cliquez pour plus de détails

Surprenament le tronçon Khorog – Dushanbe, le plus fréquenté de la route du Pamir, est aussi le pire. Les 4×4 collectifs sont capables de couvrir la distance en un peu plus de 15 heures. En ce qui nous concerne, il nous en faudra bien plus, car nous moyennons à peu près 20 km/h. La route est une alternance de gros gravier et de restes d’asphalte sur fond de nids-de-poule. Par chance, le coup d’oeil a l’avantage d’être spectaculaire, et l’on circule réellement à flanc de falaise avec comme panorama d’imposants pics, de pittoresques villages afghans et tadjikes. Du côté afghan d’ailleurs serpente une route tout aussi sinon plus escarpée, mis à part qu’il ne circule presque pas de camions et d’autos, mais surtout des ânes, des troupeaux, des motos et des piétons.

La route est encore plus difficile du côté afghan

Un peu avant l’heure du dîner, nous avons été invités à visiter une toute nouvelle caserne militaire tadjike par un soldat que les français ont ramassé sur le pouce. Construite par les Chinois et probablement à leur frais, j’imagine qu’elle servira à sécuriser cette nouvelle « Route de la soie » qui est en train de s’installer dans la région. Peu après, alors qu’Audrey et moi nous sommes stoppés pour nous faire à manger, cinq enfants sont sortis d’une maison que nous croyions abandonnées pour nous offrir des pommes. Justement, nous avions achetés à Osh cahiers d’école et crayons pour ce genre d’occasion, alors nous ne sommes pas faits prier pour leur en distribuer à chacun. Ceux-ci sont repartis, puis sont revenus à la charge avec un bol de yogourt de chèvre. Aussitôt, nous avons répliqués avec pain, choux et autres restes de nourritures. C’est là que l’échange s’est conclu. Lorsque nous sommes repartis, la mère est sortie nous pour nous envoyer la main. Les Tadjikes sont de loin les gens les plus généreux qu’il m’ait été donné de côtoyer.

Quelques heures plus tard, nous sommes tombés sur ce qui allait être le plus beau site de camping du voyage. Perchés sur une sorte de promontoire à l’extérieur d’un virage, nous avions une vue spectaculaire de l’autre côté de la rivière sur un village afghan niché entre deux montagnes. Franchement, l’endroit était aussi prenant que le haut de la forteresse de Kotor au Montenegro. Rejoints par les Français et leur camion EDF une petite demi-heure plus tard, nous avons à nouveau partagé un repas et une soirée. Plus tard alors qu’Audrey était partie dormir, la lune à finalement fait son apparition et nous a permit de prendre de belles photos de la vallée de nuit.

4 thoughts on “Camp de l’autre côté de l’Afghanistan, Pamir – Le plus beau camp du voyage, Pamir

  1. Wow!

    Je suis super heureux pour vous.
    Vous vivez des instants uniques, savourez les dans les moindres détails!

    Jean x x

  2. Mignon vos échanges de petits présents avec les enfants. Ils ont fière mine.
    Louis

  3. Émouvant le troc pomme-cahier, yogourt contre pains et chou. La région est vraiment fascinante.
    Si vous avez des info pertinentes sur des “must” à voir en Chine via ceux que vous croiser qui vont rejoindre un convoi pour la route de la soie, prenez-en note, pour nous troquer l’info une fois à Goa. J’ai vu des agences chinoises qui propose des circuits route de la soie vers le Pamir. Ça semble vraiment bien ….surtout si les paysages sont comme ceux que vous croisez.

    Hélène

  4. Je ne sais pas si les paysages seront aussi spectaculaires qu’au Pamir, mais ça vaut la peine de s’informer. Autrement, cette région de la Chine est très peu habitée (et visitée) alors il doit y avoir moyen de se dépayser un peu…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *