Šibenik, Croatie – Île de Vis, Croatie

  • Date: 30 juillet 2017
  • Départ: 7h00
  • Arrivée: 12h00
  • Température: soleil

Cliquez pour voir la carte sur Google Maps

L’île de Vis nous avait été véhément recommandée par le propriétaire de l’auberge et les deux filles tenaient impérativement à y aller … pour une journée. Disons qu’un traversier de deux heures avec voiture n’est pas tout à fait donné peut importe l’endroit sur la terre. Alors, lorsque l’on s’engage dans ce genre de dépense, mieux vaut l’amortir sur quelques jours. Sauf que là, vu que le temps pressait, alors on a décidé de justifier les coûts en les plaçant dans la rubrique: “se gâter”. De toute manière, il aurait été très handicapant de ne pas avoir la voiture sur l’île et la laisser à Split en sécurité aurait été plutôt coûteux.

Bref, nous sommes partis tôt et sommes arrivés très juste au ferry. Deux heures de traversée plus tard et nous débarquions sur l’île de Vis. Après avoir pris possession de notre studio (bien équipé), nous avons dîné et nous sommes dirigés vers la plage sans trop perdre de temps. Les plages en Croatie, toutes petites et faites de galets (je déteste le sable donc c’est tant mieux), ont tendance à être surchargées en cette période, alors nous étions soulagés de voir que nous partagions celle-ci avec une quantité raisonnable de personnes. Quand même, il aura fallu faire deux heures de traversier pour trouver un peu de quiétude balnéaire.

Une fois bien dosés de soleil et de baignade, un petit repassage au studio pour se changer et puis direction Komiža, petit village pittoresque aux confins de l’île de Vis. En chemin, nous avons quand même fait un petit arrêt pour tenter d’aller voir la plus belle plage d’Europe au classement de cet année. Sans succès, il aurait fallu descendre pendant un bon moment pour l’atteindre et la vue de la route ne donnait rien du tout.

Qui dit île pour moi dit belle plongée et j’avais noté la présence de quelques centres et d’épaves intéressantes (dont des avions de la seconde guerre mondiale). En arrivant à Komiža donc, j’en ai visité un pour voir ce qu’ils offraient. À ma grande déception, pas de plongée en épave le lendemain, mais la visite d’un mur de coraux. Peu après,installés sur une terrasse pour profiter des dernières lueurs, j’ai hésité pendant une bonne heure avant d’aller confirmer ma présence, mais ayant plongé à quelques reprises en méditerranée et n’ayant jamais vu de coraux, je me suis dit que ça valait le coup. Le fond de la mer y est surtout constitué de champs d’algues vertes et de bancs de sable ou de roches. Les coraux qui y vivent sont des espèces que l’on ne retrouve qu’en profondeur vers les 30 mètres et plus. Conséquemment, ils ne sont pas très visités par les plongeurs.

Après le petit apéro, nous avons fait quelques courses puis sommes retournés au studio manger et siroter un vin de l’île. Lever tôt demain pour aller plonger. En fait, pas si tôt que ça. Sur Utila, le bateau quittait à 7h30 et il fallait donc arriver vers 6h30. À Komiža, l’heure de rendez-vous s’était donnée pour 9 heures. Pas mal plus acceptable…

Arrivée à Komiža

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *