Londres, Angleterre

The London Eye

Voyager en novembre dans l’hémisphère nord, c’est jouer au chat et la souris avec le mauvais temps.

Dans quel endroit européen allions nous pouvoir passer quelques jours et qui:

  1. nous rapprochait du Canada
  2. nous permettait de revenir à Montréal sans escale
  3. offrait une météo intéressante.

Il n’y avait qu’un seul choix qui répondait à tous ces critères: Londres. Fort curieux direz-vous, car l’Angleterre à ce moment-ci de l’année (voir tout le temps) a la réputation d’être humide et pluvieuse. Le choix n’était pas pour me déplaire non plus car Londres, j’y étais allé une seule fois quand j’avais 14 ans et à cet âge, on ne visite pas les villes de la même manière qu’à 37. On suit le troupeau, on rouspète et on a seulement hâte d’aller se poser pour jouer à un jeux digital quelconque.

Billets réservés et tirelire cassée pour se trouver un hôtel, nous avons donc quittés Bratislava pour nous rendre à Vienne (à 1h30 de route) et prendre l’avion vers le Royaume-Uni.

Le pont Millenium

Il y a tant à faire à Londres ! Nos premières priorités ont été d’aller nous promener sur le bord de la Tamise pour d’un coup d’oeil aller chercher toutes les grosses attractions de la ville, puis d’aller prendre un verre dans un bon vieux pub anglais et enfin d’aller nous restaurer dans un établissement étoilé Michelin (détrompez-vous, certains ne sont pas si chers que ça).  Les Britanniques ne sont pas renommés pour leur cuisine, mais à titre de capitale internationale, l’offre culinaire à Londres est incroyable et attire des talents des quatre coins du monde. C’est donc pour cela qu’on a mangé ce soir-là des tapas de luxe dans le quartier de Soho.

On était vendredi soir et il y avait du monde au pied carré. Du monde ? Comme on en a vu en Inde et je ne plaisante pas. La seule différence était qu’ils étaient majoritairement blancs et en état d’hébriété.

Autobus rouge et pub

Pour cette phase du voyage Audrey était en charge de la cartographie et fidèle a ses habitudes, elle est allée dénicher les quartiers en vogue et les bonnes adresses où se restaurer. Le lendemain donc, premier arrêt dans le Borough Market pour y manger. À l’instar de la veille, il fallait faire du coude pour maneuver et nous avons consommé nos achats debout. Des kilomètres ont été parcourus vers le nord-est pour aller faire un tour dans Hackney, Hackney Central, Hackney Wick. Trop ambitieux dans nos objectifs, il a quand même fallu faire un peu de train pour aboutir dans les temps de l’autre côté de la rivière dans Peckham. Tant mieux car avant le resto, on a eu l’occasion de faire un petit spectacle de drag-queen. Repus et reposés, l’hôtel a été regagné à pied au travers des fêtards du samedi soir.

Au marché Borough Sandwich au marché Boroug

La dernière journée de ce petit périple européen a débuté à Buckingham Palace pour aller payer nos hommages à notre souverain, puis par un fish and chips de luxe dans Marylebone.  Après, petite promenade dans Hyde Park puis dans le quartier de Kensington.

Hyde Park

Fich and Chips deluxe

Plusieurs canaux traversent la ville de Londres et ces dernier avaient piqués notre curiosité. Nous sommes donc aller marcher quelques kilomètres le long d’un d’entre eux. Plusieurs signes le qualifiait de “Little Venice” et il a fait bon s’y balader. Sporadiquement, des péniches y passaient et ses berges étaient totalement occupées par des maisons flottantes quasiment toutes habitées. On était dans une sorte d’écosystème en fait. Il y avait du traffic fluvial et certaines embarcations semblaient faire la livraison de carburant et de vivres. Une péniche était d’ailleurs à ventre pour à peu près 150 000 £, une aubaine compte-tenu du prix exorbitant de la terre ferme dans cette ville.

Les canaux de Londres Les canaux de Londres

Sortis des canaux, nous sommes tombés par hasard sur la fameuse traverse d’Abbey Road. Finalement, notre journée s’est arrêtée dans Camden Town pour un repas de pub puis un retour à la marche. Selon l’état de mes pieds, je suis généralement capable de dire avec un semblant de justesse la distance qui a été couverte dans la journée et là, on avait dépassé le 30 kilomètres. Sur la carte de Londres, on avait parcouru une toute petite boucle dans le quadrant ouest. Il y avait longtemps que je n’avais pas été confronté à ce point à l’immensité d’une ville (peut-être Mumbai ?)

Tours à Londres

Rendu-là, mon corps m’envoyait des signaux que j’avais assez marché. Ça tombait bien car le lendemain, nous reprenions l’avion pour retourner dans la grisaille et l’humidité de l’automne québécois. Étions-nous tristes ? Curieusement non. Tant Audrey que moi avions l’impression d’en avoir vu assez pour cette fois. Notre tête était pleine de beaux souvenirs et l’impression d’avoir été parti au moins 2 mois nous habitait tout les deux quand en temps normal les voyages ont la fâcheuse habitude de passer vite comme l’éclair.

À la prochaine escapade donc.

Une ruelle de Peckham
Une ruelle de Peckham

2 Replies to “Londres, Angleterre”

  1. Jamais été à Londres, passer proche en 2022, nous avons décidé de déménager de Kelown à Sidney. Alors pas de voyage en dehors du pays. Selon vos commentaires c’est une ville qui mérite d’être visitée.

  2. Bien écrit et de très belles photos. Vous nous faites revivre de beaux moments.
    Mj et avons passé quelques semaines inoubliables à Londres en 2019. J’aimerais bien y retrouver pour visiter le pays plus en profondeur, les campagnes…
    À bientôt 🙂🙂

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *