Aruba

La reprise des voyage semble être une bonne raison pour renouer avec ce blogue qui je dois l’avouer, a été un peu négligé ces dernières années. La Covid en est la raison principale, mais une résidence en médecine de famille et la maladie de ma conjointe ont contribués à l’abandon temporaire de ce petit espace du web où sont racontés mes aventures qui sortent un peu de l’ordinaire. Les deux dernières années n’ont pas tout à fait été exempte de périples par contre, mais une petite semaine à Vancouver ou quelques jours à Boston ne font pas des récits très palpitants ni inspirants.

Voilà donc un court résumé d’une semaine passée fin août – début septembre à Aruba, une petite île des Caraïbes au large du Venezuela peu connue des Canadiens, mais très populaire chez nos voisins du Sud et leurs comparses des Pays Bas.

Panorama de la page

Commençons par le début donc car en fait nous n’étions pas supposés aller à Aruba. Nous devions aller en Italie. La botte n’est pas un pays que j’affectionne particulièrement, mais la présence à Rome d’un bon ami et le besoin d’y aller un peu doucement pour Audrey qui récupère de graves ennuis de santé justifiait l’endroit. Après quelques jours dans la capitale, elle voulait faire la côte Amalfitaine à pied. Rien de trop extravagant mais cela s’annonçait fort agréable.

Le centre ville
Le centre-ville

Malheureusement à la mi-juillet, Audrey s’est cassée la cheville. Un bête accident qui n’impliquait aucun autre sport extrême que celui de descendre une marche de patio. La cassure de sa malléole externe était franche et non déplacée. Deux semaines d’immobilisation puis quatre semaines d’une attelle avec marche selon tolérance allait suffire à guérir la fracture. Guérir certes, mais avant qu’elle ne retrouve sont niveau de fonctionnement antérieur, il allait falloir des mois. On ne passe pas d’une cheville cassée à trente kilomètres de marche quotidienne en six semaines.

Il allait donc falloir changer les plans. Voilà que nous est venue l’idée de reporter notre voyage en Italie et plutôt d’y aller en mode hôtel tout inclus. Une jambe en convalescence, c’est une bonne raison d’aller asseoir son cul sur une plage et tendre le bras pour attraper son pina colada. J’allais même pouvoir inviter ma belle-mère pour fêter sa retraite et ses soixante ans.

Panoram
Panorama de l’île depuis le Hooidberg
Escalier Hooidberg
Descente des escaliers menant au sommet du Hooidberg

Si l’on avait été en hiver, l’offre aurait abondé, mais une fois toutes les destinations soleil passées au travers de nos critères, soit l’exotisme (donc pas Cuba, pas le Mexique, …), la belle température (on est en début de saison des ouragans), les prix raisonnables (Fidji ou les Maldives, c’est cher) il ne restait que … Aruba.

Ancienne colonie hollandaise, Aruba ainsi que ses deux copines (Curaçao et Bonaire) jouissent encore de liens serrés avec les Pays-Bas. À un jet de Pierre du Venezuela, le climat de ces îles n’est pas celui des Caraïbes où la jungle règne en maître. Sur Aruba, ce sont les cactus (et les resorts) qui dominent un paysage tout à fait désertique. Conséquemment, l’endroit est épargné par les pluies de la saison des ouragans et reste ensoleillé pour le plus clair de l’année.

Comme de fait, la météo était bien pourrie partout ailleurs dans la région. Vu le prix que nous a coûté nos billets, nous n’étions manifestement pas les seuls à s’être jetés sur l’endroit. C’est dommage pour la belle-mère d’ailleurs, mais à trois fois le prix d’un typique voyage dans le sud, on allait la gâter autrement.

Aruba, île la plus riche de cette partie du globe, jouit d’un niveau de vie assez élevé. Considérant que les prix sur place dépassaient ceux du Canada pour approximer ceux du vieux continent, nous avons été rapidement confortés dans l’argent que nous avions déboursés pour nous y rendre. La nourriture est bonne, le service est excellent, la relation avec les habitants n’est pas uniquement mercantile, l’environnement est étonnamment propre et les infrastructures de plutôt bonne qualité.

Raffinerie
Auparavant Aruba tirait principalement ses revenus du pétrole

La dernière fois que j’avais mis les pieds dans un tout-inclus, c’était à Cuba il y a 11 ans. L’expérience fut somme toute assez similaire. Vu le prix, la qualité des individus qui fréquentent l’île semblait être légèrement supérieure, mais tout comme ailleurs dans les destinations soleil, la majorité des touristes sont largement au dessus de leur poids santé, viennent en petites bandes pour ne rien faire d’autre que boire, se goinfrer et se dorer la pilule. Pour cette fois, nous étions des leurs.

Avec une chambre donnant directement sur la mer, Audrey s’est largement exposée aux rayons UV, au sable et à l’eau salée. Pour ma part, j’en ai profité pour aller plonger. Les récifs étaient moyens, mais la visite d’un cargo coulé lors de la deuxième guerre et de deux épaves d’avions ont largement valu le voyage.

En Jeep

Un après-midi, je suis monté vers le nord avec comme objectif de marcher l’entièreté de l’imposante succession d’hôtels et de resorts jusqu’à sa fin. Le surlendemain, j’ai marché jusqu’à la capitale Orangestad, pour tenter de prendre le pouls d’une île qui ne vit que pour le tourisme. Ce que l’on pourrait appeler un centre-ville est entièrement occupé par des commerces dédiés aux multiples bateaux de croisière qui font escale plusieurs fois par semaine. En périphérie, il semblait y avoir un peu de vie authentique.

Est de l’île
L’est de l’île est beaucoup plus rocailleux

Est de l’îleIl a fallu louer une voiture pour aller voir la vraie Aruba. Malgré tout, c’est petit. À peine longue de vingt kilomètres, on la parcours du nord au sud en une petite journée. Sa côte est, beaucoup plus accidentée et moins développée, se visite en Jeep. Oui, il a fallu allonger beaucoup de dollars, mais je dois avouer que j’ai eu un bon plaisir à me promener en gros pneus dans les roches et les chemins défoncés.

En plongée à ArubaBref, mes journées étaient souvent occupées par la plongée et la marche et j’allais rejoindre Audrey plus tard en fin d’après-midi pour me refroidir dans la mer un verre à la main. Nos repas du soir étaient pris dans les similis restaurants offerts par notre resort (et celui voisin auquel nous avions 100% accès). Bien repus, la journée était conclue dans les divers bars de l’endroit.

Rien de très palpitant, mais quand même relaxant je dois avouer. La vie devient pour une semaine toute simple. Pas de cassage de tête, chacun fait ce qu’il veut et il y a à portée pour satisfaire toutes les envies et les appétits.

Centre de l’île
Le centre de l’île. Effectivement, c’est désertique.

J’avais également oublié à quel point les opportunités de « people watching abondaient en ces murs. Les gens y sont caricaturaux et tout particulièrement nos amis américains. Le spécimen du cinquantenaire bedonnant arborant un t-shirt à l’effigie du drapeau de son pays est fréquemment rencontré. Tout comme la madame banlieusarde au visage botoxé, tartinée de maquillage et bardée de breloques. Mention spéciale à un monsieur moustachu avec des tresses dans les cheveux, une manucure française que l’on croisait fréquemment. Fine bouche comme il est, ses repas du midi consistaient en un gros morceau de rôti maigre avec pour l’accompagner deux hot-dogs nature (pain, saucisse et ah oui, du sel et du poivre).

Adieu donc, Aruba. Nous sommes très heureux de t’avoir rencontrée en ces temps d’ouragans et de cheville cassée, mais je ne pense pas que l’on se recroise à nouveau.

Dans une caverne

4 Replies to “Aruba”

  1. Merci Antoine,
    Ces superbes photos et ton récit révèlent des beaux moments que vous y avez vécus. Vraiment le goût d’y aller.
    À bientôt,
    Paul 🙂🙂🙂

  2. En 2012 ANNIE, Morgan et moi avons effectué une croisière dans les Caraïbes, nous avons fait escale à Aruba pour une journée. Nous avons visité l’île. Pour ma part j’ai aimé mieux Curaçao.

  3. Merci Antoine, tu me donnes le goût d’y aller…il y a des choses à explorer partout!😊

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *