Rajaride, jour 10 – Bundi à Pushkar

  • Date: 13 mars 2018
  • Départ: 10h30
  • Arrivée: 18h30
  • Température: soleil
Rajaride, jour 10 – Bundi à Pushkar
Cliquez pour plus de détails
Rue d’un village, Rajasthan, Inde
Rue principale d’un petit village

Chateau d’eau, Rajasthan, IndeAvant dernier leg de notre aventure et ce n’est pas plus mal, il faut dire que la route au Rajasthan commence  se faire un peu monotone, le paysage est surtout plat et d’un village à l’autre, les choses commencent à se ressembler.  Histoire de pimenter un peu la journée, je me suis amusé à faire l’ascension d’un chateau d’eau dans un village perdu. Étant donné la sécheresse qui règne dans la région, ils sont légions dans le paysage du Rajasthan et tous accessibles par des marches.

Vue du haut d’un chateau d’eau, Rajasthan, Inde

Vue du haut d’un chateau d’eau, Rajasthan, Inde

La première partie du trajet s’est effectuée par les petites routes, mais pour la deuxième, pas d’autre choix que de passer par un axe majeure qu’il a fallu partager avec les camions et les autobus (aussi cinglés ici qu’ailleurs). Les choses ont vraiment commencé à se corser lors de notre arrivée en pleine heure de pointe à Ajmer, une ville de bonne taille. Pour Audrey, le niveau de difficulté a grimpé de quelques crans, tout comme le stress. Naviguer le trafic Indien demande une bonne maîtrise de sa moto, d’être extrêmement attentif à ses alentours et de prévoir au maximum la survenue d’obstacles et de situations problématiques. Tout le contraire des Indiens, qui ne se soucient que de ce qui se trouve dans leur champ visuel immédiat (la plupart n’ont pas de rétroviseurs). D’ailleurs, nous avons croisé pas moins de trois accidents mineurs lors de notre traversée de la ville. Le dernier, il a fallu qu’Audrey évite de justesse un conducteur de moto qui venait de glisser devant elle. Je le dis et le redis, heureusement que personne ne roule vite ici. Oui, la route Indienne est dangereuse, mais nous prenons les précautions nécessaires.

Il est toutefois intéressant de noter à quel point la circulation est quand même fluide en Inde et ce malgré le chaos. Le trafic est principalement  composé de motos et vu l’absence de toute signalisation, on ralentit, mais l’on ne s’arrête que peu. L’ajout de feux entraînerait probablement des bouchons monstres. Pourrions-nous appliquer la même recette à nos routes? Certainement pas, nous roulons beaucoup trop vite et conduisons pour la plupart des voitures. De plus, ceux qui pâtissent le plus de cette absence de règles sont évidemment les piétons. En Inde, personne ne s’arrête, il faut se frayer un chemin parmi les véhicules en mouvement. L’ordre des priorités routières est l’inverse du nôtre, camions et autobus en tête de file et piétons en dernier.

5 Replies to “Rajaride, jour 10 – Bundi à Pushkar”

  1. Que sont devenus vos amis Québécois?
    Êtes-ceux qui devaient peut-être vous rejoindre à DElhi,Agra ou Varanasi?
    Hélène

  2. Bonne poursuite. Rien ne vous arrête! Vous n’aurez pas de regret.
    Bonne fin d semaine,
    Paul 🙂

  3. J’aime bien ton scénario hypothétique d’appliquer les principes de circulation de l’Inde à nos route… et je dois dire qu’il y a une possibilité de s’en sortir très bien. En Nouvelle-Zélande, pour avoir parcouru des milliers de kilomètres, nous avons pu constater qu’il y a très peu de signalisation sur un système routier s’apparentant au nôtre. Peu de feu de circulation, car beaucoup d’intersection remplacé par des carrefours giratoires et pratiquement jamais de panneau d’arrêt (on peut presque compter ceux qu’on a vu sur les doigts de la main). Souvent il n’y a tout simplement rien et les gens comprennent qu’il faut faire attention et sinon, il y a pratiquement juste des panneaux “céder”, ce qui fait qu’on ne ralentit qu’un peu et on s’arrête uniquement s’il n’y en a qu’un réel besoin… ce qui fait que la circulation est très fluide.

  4. Effectivement, avec des carrefours et des cédez on s’en sortirait très bien. L’Europe fonctionne d’ailleurs de cette manière aussi. En affirmant que l’Inde ne suit pas la signalisation, je simplifie un peu les choses. Dès fois ils le font (surtout quand ils flairent la présence de policier), mais essentiellement, ils ne prennent aucune précaution.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *