Tashkent, Ouzbékistan (2)

Dans le marché Chorsu

Nous avions deux options pour quitter Boukhara, partir en fin d’après-midi pour arriver à Tashkent tard dans la soirée ou prendre le train de nuit et disposer de davantage de temps dans cette jolie ville. Comme il nous était possible de récupérer notre visa turkmène aussi tôt que le lendemain matin, nous avons opté pour un retour dans la capitale le jour même histoire de passer une nuit de qualité. La matinée suivante donc, appel à l’ambassade du Turkménistan. Malheureusement, le système informatique n’est pas opérationnel alors on nous indique de tenter à nouveau dans une demi-heure. Ce délai écoulé, le préposé parvient à trouver notre demande et nous indique qu’elle est toujours en traitement, mais que nous pouvons écrire à une adresse courriel vers 15h pour vérifier l’avancement. En milieu d’après-midi donc, nous envoyons un courriel puis quittons pour retourner au marché Chorsu à Tashkent et finalement revenir à pied jusqu’à notre gîte. Lorsque que nous avons partagé au personnel de l’hostel que nous étions revenu à pied de l’autre côté de la ville, on nous a regardé avec admiration, comme si nous venions d’accomplir un exploit sportif. Les gens ici ne sont définitivement pas très marcheurs (ni campeurs). Ce n’est que 8 kilomètres et il s’avère que Tashkent, même si elle est surtout faite d’immenses boulevards, est généralement très boisée et donc agréable pour la promenade.

Un marché couvert de Tashkent

Le lendemain matin (vendredi), pas de nouvelles de l’ambassade. Ce n’était pas trop grave, car nous avions donné comme date d’entrée le mercredi suivant. Ce qui s’avérait préoccupant par contre, c’était que notre visa ouzbèke terminait le lendemain et sans extension il allait falloir partir du pays en urgence et faire une croix sur le Turkménistan. Pas de panique par contre, selon une conversation antérieure avec l’un des propriétaires de l’hostel, ce n’était qu’une formalité. En l’approchant de nouveau pour entamer les démarches d’extension, il appelle son collègue pour se rendre compte lui aussi que ce ne sera pas si simple. En gros, il nous faut prouver que nous n’avons pas d’autres choix raisonnables que de rester en Ouzbékistan jusqu’à mercredi et malheureusement, l’attente du visa turkmène ne qualifie pas. Ceci veut donc dire qu’il nous faut trouver un billet d’avion sur un vol qui ne décolle que passé mercredi. Pas forcément besoin de l’acheter par contre, une réservation suffit. Après une bonne demi-heure de recherches intenses, je déniche le Tashkent-Kuala Lumpur à 400$. Une courte marche plus tard et nous sommes aux bureaux d’Uzbekistan airlines pour réserver nos sièges. De retour à l’hostel avec nos confirmations, le propriétaire finalise la demande et nous convenons un rendez-vous le lendemain matin avec lui pour aller à la police de l’immigration. L’obtention de l’extension étant moins une certitude qu’elle avait pu l’être auparavant,  Audrey et moi nous sommes faits un plan de contingence dans l’éventualité d’un refus: comme il ne restera plus de vols abordables et logiques, il nous faudra sauter dans un taxi et le payer un gros prix pour qu’il nous amène à la frontière avec le Kirghizstan à 6 heures de route. Dans certains pays, rester sur le territoire passé sa date limite de visa n’est pas une grosse affaire, mais en Ouzbékistan, ils semblent ne pas rigoler avec la chose. Pour souper et décompresser un peu, nous nous sommes rendus dans un restaurant recommandé par le guide pour y consommer un repas beaucoup trop viandeux et gras. Les mets à base de légumes sont rarissimes dans la cuisine de l’Asie-Centrale.

Cuisine ouzbèke

Samedi matin, Audrey, moi et le propriétaire nous rendons à l’aéroport rencontrer la police de l’immigration. Heureusement l’agent en devoir n’était pas celui rencontré lors de notre première visite (nous lui avions avoué avoir besoin de l’extension pour le visa turkmène). Le propriétaire discute longuement avec lui en Russe pour finalement réaliser que nous ne pourrons pas payer les frais d’extension car les banques sont fermées. Petit moment de panique interne, mais finalement, le policier se montrera assez clément pour nous laisser revenir lundi régler la note. Quelques minutes plus tard, deux belles extension d’une semaine – donc plus que nécessaire – venaient de se rajouter à nos passeports. Ouf! Seule ombre au dossier par contre, il allait falloir prouver à l’agent que nos billets étaient bel et bien achetés et non réservés. Oups! Aux dires du propriétaire de l’hostel, habitué de ce genre de procédure cet officier de police était particulièrement droit et coriace, contrairement aux autres qui généralement octroient des extensions dans même analyser les demandes. Chez nous, on appelle cela un bon policier mais ici, nous étions mal tombés.

Au jardin botanique

Il nous faudra donc acheter un vol. C’est un peu fâchant, car si nous parvenons à obtenir le visa turkmène et bien cet argent sera perdu. Pas selon le propriétaire par contre: un billet s’annule et se déplace sans frais. Nous verrons sous peu. À nouveau aux bureaux d’Uzbekistan airlines, on évalue nos options. Dans les faits, nous devons aller à Dubaï, alors après un peu de recherche, c’est un vol vers cette destination que nous avons acheté. Maintenant que nous avions notre extension, plus besoin d’aller à Kuala Lumpur, tant que nous quittions le territoire ouzbèke à temps. Les frais d’annulation du vol étaient de 60 euros. Pas gratuit, mais pas forcément cher non plus donc dans l’éventualité de l’obtention du visa turkmène, c’est tout ce que nous allions perdre. Notre situation d’étrangers maintenant à toute fin pratique réglée, nous avons pris la décision d’aller errer au centre-ville.

La veille, je m’étais rappelé que Sven était allé assister à un opéra au théâtre Bolchoï de Tashkent à très peu de frais alors je m’étais renseigné auprès de l’accueil de l’hostel sur les spectacles à venir. Ce soir, il jouait Aida de Verdi. J’ai donc lancé l’idée à Audrey et elle s’est montrée intéressée. Sur place, nous nous sommes procurés des billets 2e balcon à 20000 somonis (3,33$). La salle étant très loin d’être comble, le personnel nous a finalement redirigé vers le parterre. Le spectacle (en version Russe) s’est avéré être excellent et il devait à certains moments y avoir plus d’acteurs sur scène que de personnes dans l’audience. Public qui, tout comme lors de l’opéra Dorian Gray à Astana, s’est montré hautement irrespectueux: à tout bout de champ les gens causaient, se levaient et brandissaient leur stupides téléphones pour prendre en photo (avec flash!) la scène. Après, resto et retour à l’auberge pour siroter une bière et écrire.

Aida en pleine représentation

Dimanche, nous n’avions rien à faire alors encore une fois, nous sommes allés nous balader dans Tashkent sans objectif précis autre que de partir d’un endroit et de regagner l’auberge à la marche. Lundi, ils nous fallait retourner à l’aéroport payer notre extension de visa. Nous avions aussi bon espoir que la réponse pour le Turkménistan tombe aussi. Nous l’avons donc patiemment attendue en faisant nos comptes du voyage (fort heureusement, on rentre dans notre budget). Vers le milieu de l’après-midi. Audrey demande à la réception de rappeler l’ambassade. Elle remonte peu après un grand sourire d’excitation au lèvres : c’est positif! Fantastique! Notre plan d’aller visiter le Turkménistan sur un visa de transit à fonctionné. Aussitôt, je commence à réfléchir aux préparatifs nécessaires à l’aventure.

Deux minutes plus tard, Audrey reçoit un email de l’ambassade concernant mon visa. Ah bon, la réponse n’était que pour elle? Verdict : refusé. Vu que nous avions appliqué en tant que couple, je fais rappeler l’ambassade pour confirmer, mais je sais très bien que cela ne changera rien, j’avais eu vent d’autres couples s’étant fait jouer le même tour. Généralement, c’est l’homme qui écope. Dans les faits, le Turkménistan veut minimiser les touristes en cavale sur leur territoire et il est évident que ceux de sexe masculin sont plus du genre à leur causer des soucis. L’ambassade confirmera donc la décision du bureau central de ne pas m’admettre sur le territoire. Nous nous étions préparés mentalement à ce genre de situation, mais ce qui était le plus irritant, c’est que pendant cinq minutes, nous y avions cru. Cela aura donc rendu le deuil plus ardu, surtout pour moi. D’autant plus que toutes ces emmerdes d’extension de visa et cette attente à Tashkent, et bien c’était dans l’optique d’aller au Turkménistan. Désormais, il nous faut quitter pour Dubaï puis le Népal. Si nous voulons encore aller visiter ce foutu pays, ce sera dans quelques mois sur un visa de tourisme avec les coûts que cela engendre. À méditer, mais j’y comptes bien.
Vu que nous ne partirons plus pour le Turkménistan, notre horaire s’est soudainement mis en place et nous avons pu acheter nos billets d’avion jusqu’à Goa en Inde. Alors que nous bricolions sur nos appareils électroniques, un belge est tombé du ciel et nous a offert de partager une bouteille de vin ouzbèke (franchement pas si mal) et quelques verres de vodka. L’ambiance à l’hostel avait été un peu morne ces derniers temps. La plupart des voyageurs ne faisaient que passer et ceux qui y logeaient pour quelques jours avaient à faire à Tashkent et étaient plutôt du type à utiliser l’endroit comme un hôtel bon marché.
Les prochains jours allaient être longs, car nous avions épuisé ce qu’il y avait à voir dans la ville. Heureusement, tout a passé vite; tout juste le temps faire quelques autres petites promenades, de profiter de nos restos préférés (on s’était créé des habitudes!) et nous étions la veille du départ. Cette soirée là, nous nous sommes entrenus pendent un bon deux heures avec l’un des propriétaire de l’hostel, celui d’ailleurs qui nous a arrangé notre extension de visa. Il nous a conté de long en large l’histoire de son établissement, l’un des premiers du genre en Ouzbékistan. Ayant beaucoup voyagé en couch surfing lors d’un échange en Europe, le concept lui a tellement plus qu’il s’est mis à héberger jusqu’à dix personnes à la fois dans son appartement de Tashkent. Éventuellement (probablement suite aux demandes de sa copine), lui et un ami on décidé de partir une auberge à Tashkent afin de recréer un environnement où les voyageurs peuvent passer la nuit et se rencontrer. C’est ainsi que Topchan hostel était né. Le tourisme étant en explosion en Ouzbékistan, il travaille actuellement à la construction d’un autre établissement ailleurs dans la ville et d’un camping estival dans les montagnes à l’est du pays. J’adore ce genre d’entrepreneuriat. Déçu d’appendre que nous n’avons pas pu aller au Turkménistan, il nous a confié n’y avoir jamais mis les pieds, mais nous a énuméré nombres d’histoires cocasses et faits divers sur le pays (il habite dans le pays voisin, mais il a parfois reçu des clients de l’endroit). Le Turkménistan est plutôt la risée de tous ses voisins dans la région. Il était à peu près 3h30 quand je suis finalement allé au lit. Pour un lever à 5h00, c’était peu de sommeil, mais j’allais pouvoir puiser de l’énergie dans l’excitation de quitter pour Dubai.

2 thoughts on “Tashkent, Ouzbékistan (2)

  1. Oh, mais ce n’est pas possible toutes ces frontières si difficiles à passer! Autre réalité, vraiment!
    Magnifique, la photo en noir et blanc d’Audrey 😄

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *