Orenbourg, Russie – Aktoubé, Kazakhstan

  • Date : 27 août
  • Départ : 16h00
  • Arrivée : 01h00
  • Température : soleil
  • Route : bitume, gravier et sable (endommagé), bitume

NDR: j’ai décidé d’ajouter la qualité des routes au petites données que je donne sur le trajet car désormais, elles auront une énorme influence sur notre progrès.

Vous voyez la portion orange sur la carte? Et bien c’était le tronçon en réfection…

Nous possédions la chambre jusqu’à 23h00, alors après avoir consommé un déjeuner plutôt excellent, nous sommes remontés pour profiter de l’internet et s’adonner à nos tâches numériques avant de partir pour le Kazakhstan. Il était quand même 16h00 lorsque nous avons quitté la ville. N’ayant pas trouvé d’épicerie sur notre route à Orenbourg, nous sommes arrêtés dans la ville suivante, où contre toute attente pour une ville mineure de région désertique, il régnait une atmosphère de bord de mer dans le centre-ville, probablement à cause de la rivière non loin (nous étions tout de même à plus de 1000 km de la mer). Tous les piétons portaient sandales et maillots, les habitants de la ville affichaient tous des chambres à louer et dans l’épicerie, les russes magasinaient bière et grillades.

Crédit: Audrey Roy

Quelque chose en feu sur le bord de la route

Ravitaillés en prévision de nos prochains jours de camping, nous avons repris la route vers la frontière. Selon des vérifications pré-départ, ce poste était bel et bien ouvert aux étrangers (ils ne le sont pas tous); vous le verrez plus tard, l’Asie-Centrale est un casse tête géographique. 30 kilomètres avant la frontière, la route bitumée s’est transformée (visible sur la carte) en chantier avec comme seul voie de contournement un chemin terreux lourdement endommagé par le constant passage de camions. Empruntant parfois des sections asphaltées mais pas encore ouvertes de la nouvelle route (ce qui stressait la bonne conscience d’Audrey) et le chemin terreux, ils nous a fallu un bon deux heures pour atteindre le poste frontalier. Deux heures plutôt pénibles à se cogner la suspension et le silencieux et à anticiper le pire: briser la voiture, rester coincé en Russie, dépasser la période de validité de notre visa, passer un sale quart-heure à nous faire gronder par les autorités.

Quel a été le soulagement donc quand nous avons aperçu la sortie de la Russie toute proche, à quelques véhicules à peine du nôtre. Rapidement, nous sommes passé devant les agents Russes qui, très aimables cette fois, nous ont, étampés, souhaité bon voyage et n’ont fait aucun chichi avec nos papiers. Du côté Kazakhe, nous avons été accueillis avec le sourire et l’on nous a même complimenté sur la qualité de notre passeport (message que nous ne manquerons pas de transférer à Passeport Canada). Voyant que nous n’indiquions pas d’adresse sur nos cartes d’immigration, le garde nous a demandé si nous allions à l’exposition universelle d’Astana, ce à quoi nous nous sommes empressés de répondre un oui souriant. Rapidement nos documents ont été étampés et l’on nous a souhaité bon périple.

Astana, la capitale du Kazakhstan, est hôte de l’exposition universelle 2017. Nous l’avions lu quelques mois auparavant et avions même remarqué que notre guide Lonely Planet 2015 en parlait, mais cela nous était complètement sorti de la tête. Le but de notre visite dans le pays n’était en fait pas l’exposition, mais disons qu’Audrey et moi étions ravis que par pure coïncidence, elle se tienne sur notre route.

Une fois passé du côté Kazakhstan, il nous a fallu acheter une assurance temporaire pour la voiture car nous n’étions plus couverts par notre police européenne et ça y était. Nous étions tous deux contents de s’être rendus jusque là, mais surtout surpris que le processus frontalier n’ait pris que deux petites heures. Pour entrer en Russie par contre, la file s’étendait sur un bon kilomètre…

Il faisait nuit alors nous n’avions pas conscience du paysage autour de nous, mais après un freinage d’urgence pour éviter un troupeau de chevaux sauvages qui traversait la route, il était clair que nous étions en Asie Centrale. Comme la chaussée était de très bonne qualité, il nous a fallu peu de temps pour rejoindre Aktoubé, notre destination pour la nuit. Nous n’avions pas de réservation mais heureusement, le seul hostel de la ville avait deux lits pour nous. Un petit repas dans la cantine d’à côté et nous sommes tous deux allés nous coucher, fatigués de cette journée pour le moins exigeante.

La file pour entrer en Russie

One thought on “Orenbourg, Russie – Aktoubé, Kazakhstan

  1. Des chevaux sauvages qui traversent la voie…..vraiment chouette!!!!
    J’adore définitivement vos photos de nuit.

    Hélène

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *