Rajaride, jour 10 – Bundi à Pushkar

  • Date: 13 mars 2018
  • Départ: 10h30
  • Arrivée: 18h30
  • Température: soleil
Rajaride, jour 10 – Bundi à Pushkar
Cliquez pour plus de détails
Rue d’un village, Rajasthan, Inde
Rue principale d’un petit village

Chateau d’eau, Rajasthan, IndeAvant dernier leg de notre aventure et ce n’est pas plus mal, il faut dire que la route au Rajasthan commence  se faire un peu monotone, le paysage est surtout plat et d’un village à l’autre, les choses commencent à se ressembler.  Histoire de pimenter un peu la journée, je me suis amusé à faire l’ascension d’un chateau d’eau dans un village perdu. Étant donné la sécheresse qui règne dans la région, ils sont légions dans le paysage du Rajasthan et tous accessibles par des marches.

Vue du haut d’un chateau d’eau, Rajasthan, Inde

Vue du haut d’un chateau d’eau, Rajasthan, Inde

La première partie du trajet s’est effectuée par les petites routes, mais pour la deuxième, pas d’autre choix que de passer par un axe majeure qu’il a fallu partager avec les camions et les autobus (aussi cinglés ici qu’ailleurs). Les choses ont vraiment commencé à se corser lors de notre arrivée en pleine heure de pointe à Ajmer, une ville de bonne taille. Pour Audrey, le niveau de difficulté a grimpé de quelques crans, tout comme le stress. Naviguer le trafic Indien demande une bonne maîtrise de sa moto, d’être extrêmement attentif à ses alentours et de prévoir au maximum la survenue d’obstacles et de situations problématiques. Tout le contraire des Indiens, qui ne se soucient que de ce qui se trouve dans leur champ visuel immédiat (la plupart n’ont pas de rétroviseurs). D’ailleurs, nous avons croisé pas moins de trois accidents mineurs lors de notre traversée de la ville. Le dernier, il a fallu qu’Audrey évite de justesse un conducteur de moto qui venait de glisser devant elle. Je le dis et le redis, heureusement que personne ne roule vite ici. Oui, la route Indienne est dangereuse, mais nous prenons les précautions nécessaires.

Il est toutefois intéressant de noter à quel point la circulation est quand même fluide en Inde et ce malgré le chaos. Le trafic est principalement  composé de motos et vu l’absence de toute signalisation, on ralentit, mais l’on ne s’arrête que peu. L’ajout de feux entraînerait probablement des bouchons monstres. Pourrions-nous appliquer la même recette à nos routes? Certainement pas, nous roulons beaucoup trop vite et conduisons pour la plupart des voitures. De plus, ceux qui pâtissent le plus de cette absence de règles sont évidemment les piétons. En Inde, personne ne s’arrête, il faut se frayer un chemin parmi les véhicules en mouvement. L’ordre des priorités routières est l’inverse du nôtre, camions et autobus en tête de file et piétons en dernier.

Rajaride, jour 9 – Chittorgarh à Bundi

  • Date: 10 mars 2018
  • Départ: 12h00
  • Arrivée: 18h30
  • Température: soleil puis nuage
Cliquez pour plus détails
Audrey démontrant à quel point la muraille du fort de Chittorgarh est longue
Les camions sont pas mal modifiés en Inde

Grasse matinée bien méritée, alors nous avons quitté Chittorgarh plus tard qu’à l’habitude. À la sortie de la ville, nous sommes tombés sur une autoroute indienne plutôt banale, alors à la première occasion, nous avons bifurqué vers une route tertiaire. De qualité kazakhe (c’est à dire, défoncée), il nous a fallu un bon 3 heures pour parcourir le tiers de notre trajet. Encore une fois par contre, le détour en valait la peine; ces petits détours ne manquent jamais d’agrémenter notre journée et à chaque pause, Audrey et moi nous comptons ce que l’un ou l’autre a pu manquer au passage: as-tu vu le rassemblement d’hommes à turbans? la vache avec des immenses cornes? les gens en train de se laver dans la rivière? la procession de dames en saris toutes transportant des cruches d’eau sur leurs têtes? C’est étonnant à quel point l’Inde rurale est empreinte de traditions. Cependant, la coupure est flagrante: les gens de notre âge sont pour la plupart en jeans-chemise avec lunettes de soleil et téléphone intelligent (pour les hommes du moins). Désolé, pas trop de photos; s’arrêter en plein village nous expose à beaucoup trop d’attention, déjà que notre passage fait tourner pas mal toutes les têtes. De plus, les anciens sont généralement réticents à ce qu’on les prennent en photos. Les Indiens ne sont pas dupes (ils ont la télé quand même) et se rendent bien compte du fait qu’ils font partie de la tranche de population plus pauvre du pays.

Un fort croisé sur la route et un peu modernisé par l’ajout d’une antenne.

 

Les indiens te chargent ça…

De retour sur une route plus majeure, le pas s’est accéléré. Le paysage, toujours beau et intéressant. La Rajasthan a ceci de magique qu’à bien des endroits il conjure réellement des images de temps immémoriaux où divers souverains à la tête d’armées de cavaliers et de lanciers prenaient de siège d’imposants forts par soif de pouvoir ou par rétribution. Oubliez l’Europe médiévale, les histoires d’héroïsme chevaleresque, de batailles sanglantes et de conquêtes, c’est au Rajasthan qu’elles se déroulaient. De notre côté, tant de route, ça fait mal au cul. Les sièges de motos ne sont pas si mal que ça, mais au bout de quelques heures, la chaleur et les bosses finissent par sérieusement endolorir nos postérieurs.

 

Rajaride, jour 8 – Fort de Kumbhalgarh à Chittorgarh

  • Date: 9 mars 2018
  • Départ: 11h00
  • Arrivée: 18h00
  • Température: soleil puis nuages
Cliquez pour plus de détails
Une manufacture de briques à l’ancienne
Ils sont en train de construire une immense statue hindoue dans cette ville, au-delà d’une centaine de mètres de haut!

Une petite erreur de navigation a transformé un courte journée en l’une des plus exigeants jusqu’à maintenant. Qu’importe, notre écart de trajet nous a fait passer au travers de plusieurs endroits assez pittoresques. C’est quand même étonnant de voir à quel point les techniques ancestrales sont encore pratiquées en Inde: manufacture de brique à la main, labourage avec des vaches, récoltes à la faux, pompage d’eau d’irrigation manuel et j’en passe. Nous avions tout même pris du retard, alors le repas du midi a été interverti avec un bouteille de Pepsi histoire de ne pas trop perdre de temps. Une fois revenus sur la route principale, les kilomètres se sont avalés sans difficulté jusqu’à Chittorgarh, une ville réputée pour … son fort; désolé, c’est l’attraction principale au Rajasthan.

On attend que le train passe…

Occupant un promontoire rocheux de six kilomètres par deux, Chittorgarh a peu à envier à Kumbhalgarh. D’ailleurs, le premier était la résidence première des rajhs du coin, qui allaient se réfugier dans ce dernier lorsque l’ennemi frappait aux portes. Malheureusement arrivés trop tard pour correctement le visiter, nous nous sommes contentés de parcourir la route suivant sa circonférence. L’horizon s’était opacifié d’un air chargé de sable et il nous semblait que la tempête s’annonçait, alors nous avons filé vers la ville au pied du fort et trouvé rapidement un hôtel bon beau pas cher.

L’air était chargé de sable

Rajaride, jour 7 – Mont Abu au fort de Kumbhalgarh

  • Date: 8 mars 2018
  • Départ: 10h00
  • Arrivée: 15h30
  • Température: soleil
Cliquez pour plus de détails

Kumbalgarh est un ancien fort (et il y en a des forts dans la région…) perdu au beau milieu de la campagne rajasthanaise à 80 kilomètres au nord d’Udaipur. Déjà lors de notre passage dans cette ville, ce fort avait attiré mon attention en raison de son immense mur d’enceinte de 36 kilomètres . Le plus long après la muraille de Chine et supposément praticable sur toute sa circonférence. Disposant de motos et de temps, nous avions donc décidé d’aller voir de quoi il en retournait.

 

Pause café. Notez les lits pour faire une sieste en arrière plan.

Descendus du Mont Abu, nous sommes retombés sur l’autoroute pendant quelques heures avant de la quitter pour entrer dans la campagne indienne et retrouver cette proximité avec vaches, buffles et autres scènes du quotidien paysant. Petite rencontre anodine, un groupe d’enfants tout colorés de rouge visiblement encore en mode Holi et ayant dressé un barrage au travers de la route et demandant 10 roupies sous peine de se faire arroser de pigments. J’ai réussi à forcer l’embuscade, Audrey me suivant n’a pas été aussi chanceuse et a été contrainte d’argumenter avec ces bandits de petit chemin pendant une bonne minute avant de pouvoir passer. Autrement, le paysage était bucolique et la route tortueuse. En raison de l’état de cette dernière, il nous a fallu un peu plus de temps que prévu pour atteindre Kumbalgarh, mais rapidement nous nous sommes trouvés un hôtel, y avons laissés nos affaires puis sommes repartis à une moto pour visiter le fort.

À l’approche du monument, déjà ça promettait. En grimpant le chemin pentu menant au palais, c’est là que nous avons pu jauger de l’ampleur de l’endroit. De part et d’autre de l’entrée débutait un imposant mur qui par la suite partait de perdre dans les collines du paysage, resurgissant de temps à autre sur un sommet pour retourner se cacher dans la vallée suivante. Dans l’intérieur du palais, rien digne de mention, mais le panorama qu’il offrait coupait le souffle. Ais-je mentionné que dans l’enceinte du fort se dressaient plusieurs centaines de temples hindous?

Déterminés à aller marcher quelques kilomètres sur l’enceinte, nous sommes redescendus de notre perchoir pour nous diriger vers le mur est, celui qui semblait être le moins visité car plus escarpé et plus difficile d’accès. Vu mon habitude à me frayer un chemin là où les autorités n’ont pas daigner d’en faire un, trouver un escalier pour grimper sur le mur a été un jeu d’enfant. Pendant l’heure suivante, Audrey et moi avons pu faire une balade bien sportive (ça monte et ça descend raide) sur le mur et profiter d’un paysage de montagnes, de temples, le tout dominé par le palais sur son sommet rocheux et pendant le coucher du soleil. Toujours devant nous, le mur serpentant parmi les collines escarpées. À des lieux à la ronde, pas d’âme qui vive (sauf des singes). Et le plus merveilleux dans tout ça, le mur était en très bon état et aisément praticable.

Ça grimpe à pic

Jusqu’à présent, Kumbargarh remporte haut la main la palme du plus beau paysage et monument de l’Inde et peut-être même du voyage (devant Kotor). Comme j’aurais adoré le marcher sur toute sa circonférence, mais il aurait fallu deux jours pour le faire. Vu que le soleil était sur le point de disparaître derrière les montagnes, nous sommes revenus par un chemin de pierre, croisant au passage quelques temples abandonnés. De retour à l’entrée du site, il nous restait à peine le temps d’aller explorer le mur dans l’autre direction avant que la nuit ne soit définitivement tombée. Malgré la faible luminosité, l’endroit était encore de toute beauté quoique moins impressionnant que de l’autre côté.

 

Un temple perdu…

Après un souper dans un restaurant d’hôtel non loin du fort, nous sommes remontés sur la moto pour parcourir les 5 kilomètres nous séparant de notre logis pour la nuit. Comme nous étions loin de tout et qu’il n’y avait de toute manière rien à faire à Kumbhalgarh, nous en avons profité pour écrire et nous coucher de bonne heure.

Rajaride, jour 6 – Jodhpur au Mont Abu

  • Date: 6 mars 2018
  • Départ: 11h00
  • Arrivée: 18h00
  • Température: soleil
Cliquez pour plus de détails

Aujourd’hui, direction Mont Abu, la ville la plus en altitude du Rajasthan (1100m quand même!) et destination prisée des familles indiennes de la classe moyenne pour s’évader de la chaleur torride des mois d’été. L’endroit est définitivement touristique et ne s’en cache pas. Cependant, il est peu visité par les étrangers et conserve donc un semblant d’authenticité culturelle.

La Royal Enfield possédée…

Ce n’est qu’un peu avant notre arrivée au pied de la montagne que la route est devenue un peu intéressante. Du reste, ça n’a été que du 4 voies pendant de longues heures. Sur notre trajet se situait un temple hindou érigé non pas en l’honneur d’une divinité, mais pour commémorer un indien mort dans un accident de moto sur les lieux il y a bien des années. Apparemment, la moto, une fois retirée de l’endroit de la collision, y serait revenue de par elle-même. La visite de ce temple pour le moins hétéroclite nous a permis de nous occuper le temps d’une pause. Digne de mention aussi un camion s’étant renversé sur l’autoroute et y ayant répandu son chargement de … poisson.

Il faisait encore jour lorsque nous sommes arrivés à destination et il était moins une, car par force d’exposition au soleil et au vent, les yeux me piquaient sérieusement. Aussitôt entrés en ville, un Indien nous aborde et nous propose un chambre à 300 roupies (6$) la nuit. Ce n’est pas dans nos habitudes de céder à ce genre de solicitation, mais considérant les prix élevés du Mont Abu, nous n’avons pas été trop difficiles à convaincre. Par principe et pour faire un peu de reconnaissance, j’ai tout de même insisté d’aller faire un petit tour du centre-ville en moto pour bien me rendre compte que nous avions fait le bon choix. Après un verre bien mérité pris sur le toit de notre établissement, nous sommes sortis faire un tour en ville pour nous imprégner un peu de l’atmosphère. Évidemment, c’était plutôt vide, car nous étions en plein milieu de la semaine.

Ceci n’est pas le Mont Abu, seulement l’entrée d’un autre temple rencontré sur la route.