Belgrade, Serbie – Budapest, Hongrie

  • Date : 8 août 2017
  • Heure de départ : 7h00
  • Heure d’arrivée : 14h15
  • Température : soleil

Cliquez sur la carte pour la visualiser avec Google Maps

Debout tôt, parti tôt. La route vers Budapest n’allait pas être trop longue, car contrairement aux parcours précédents, elle allait se faire entièrement sur l’autoroute. Une chance, car Audrey s’est levée avec un bon mal de gorge. Comme les deux pneus d’avant étaient finis, j’avais remplacé l’un d’entre eux par une roue d’extra achetée dans une casse à Albi (oui, pour avoir 2 roues de secours) et j’avais déplacé l’autre à l’arrière. Problème, la roue d’extra n’avait pas été balancée, donc passé les 100km/h sur l’autoroute, la roue se mettait à vibrer. Rien de trop grave, mais c’était quand même fatiguant pour celui qui tenait le volant. Sans compter l’usure prématurée de pièces déjà très vielles.

Comme il nous restait beaucoup d’argent Serbe (la Serbie avait coûté moins cher que prévu, figurez-vous), nous nous sommes arrêtés dans la dernière ville avant la frontière avec la Hongrie pour le passer en essence. Voyant là une opportunité d’aller faire balancer la roue (ça me démangeait depuis la Croatie), je me suis arrêté au premier garage, qui m’a redirigé vers l’un de ses amis qui faisait dans les pneus (un vulcanizer en Serbe). Arrivé là, c’était un petit garage à même une maison unifamiliale, mais vu le tas de pneus dans le fond, ça m’a semblé être l’endroit qu’il nous fallait. L’équilibrage de roues demande un outil spécifique qui n’est pas forcément à la portée de tous. Le garagiste ne parlait pas très bien anglais, mais avec l’aide de sa femme, plus adepte dans la langue de Shakespeare, je leur ai fait comprendre mon problème demandé une soumission: 5 euros, beaucoup moins cher que je ne l’espérais. Les deux demoiselles plutôt embêtés par cet arrêt, j’ai demandé combien de temps il fallait pour l’opération et le garagiste m’a confirmé que 20 minutes suffiraient (mon estimation initiale).

Une fois la voiture en place, la dame s’est approchée du véhicule et nous a sommé en riant que « the ladies must get out of the car ». Toute de suite, elle a enchaîné en nous invitant tous à aller prendre un café dans son humble cour, chose que nous avons accepté avec un peu de réticence vu le temps qui filait. Pourtant, pendant que le garagiste s’affairait à balancer la roue, nous avons pu passer l’un de ces moments qui à eux seuls valent un voyage entier. Pendant une bonne demi-heure, Audrey et sa mère ont échangé avec la dame sur tout et rien, passant de température actuelle aux défis de la vie en Serbie. De mon côté, j’opérais des sauts de puce entre mon café et le garage pour m’assurer que tout tournait bien rond. Ces gens n’étaient de toute évidence pas habitués à recevoir des étrangers, mais se sont montrés d’une hospitalité qui réchauffe le coeur et redonne foi en l’humanité.

Observant que l’un de mes pneus arrière faisait la mine, le garagiste m’a expliqué qu’il fallait impérativement le remplacer car je risquais une amende si la police nous attrapait. J’étais bien au courant de tout ça, mais en entendant le mot police, disons que la pression de la part d’Audrey pour que je le remplace a grimpé d’un cran. Nous avions bel et bien un autre pneu en stock, mais c’était celui que j’avais réparé avec une rustine en Croatie et laissé depuis derrière le banc conducteur pour voir s’il se dégonflerait. Comme je n’avais pas entièrement confiance en ma réparation, je comptais l’installer en Ukraine, car à partir de ce moment, nous ne serions plus aussi pressés par le temps. Mieux valait une adhérence diminuée sur une roue arrière (10% du freinage) qu’un dégonflage soudain en pleine autoroute ou pire, dans un tunnel (il y en a eu beaucoup jusqu’à maintenant). Vu que le garagiste s’est gentiment offert de me l’installer sans frais, je lui ai montré la réparation que j’ai faite et il s’est empressé de confirmer à l’eau savonneuse qu’elle ne fuyait pas avant de le poser sur la voiture. Je ne serais pas étonné qu’en revenant à la voiture après notre séjour à Budapest le pneu se soit dégonflé mais qu’importe, nous allions jusque là pouvoir voyager l’esprit en paix et en toute légalité routière.

Nous leur avons laissé à peu près 2000 dinars, soit 25$ canadiens. C’est bien plus que le 5 euros demandé initialement et ils se sont montrés un peu réticents à accepter montant, mais ces gens ont été tellement serviables et chaleureux qu’ils le méritaient amplement. D’autant que plus loin à la station d’essence, nous avons tout juste réussis à dépenser en essence tout l’argent serbe qu’ils nous restait (plus deux crèmes glacées), alors ce 2000 dinars n’aurait certainement pas aussi bien été investi.

Un fois à la frontière, il y avait de l’attente. Devant le douanier par contre, tout s’est déroulé vitesse grand V; les passeports canadiens ont décidément quelque chose dans la région. Curieusement, aucun douanier ne semble s’inquiéter du fait que nous voyageons dans une voiture française, mais ce n’est pas moi qui va s’en plaindre. Vu que la roue ne vibrait plus, nous avons pu rouler au rythme des hongrois (130-140) et n’arriver que 15 minutes en retard à notre rendez-vous pour récupérer les clés de notre appartement dans le centre de Budapest.

Le matériel déchargé, Audrey et moi sommes allés porter la voiture loin du centre dans un quartier résidentiel tandis que sa mère visitait les environs. Première impression de Budapest, c’est une ville absolument splendide et d’une propreté irréprochable. Vu que la mère d’Audrey n’avait que la soirée pour visiter, elle s’est rabattue vers ces autobus rouges à deux étages aux allures londoniennes si commun dans les grandes cités du monde afin d’en faire un tour rapide. Audrey l’a accompagnée, mais moi, plus intéressé par une visite à la marche, je leur ai faussé compagnie après un dernier repas au restaurant pour aller écrire. Dans la soirée, le genou d’Audrey s’est mis à lui faire de plus en plus mal. Probablement un ménisque endommagé lors d’un faux mouvement la veille. Décidément, il est temps que nous prenions une pause.

Finalement, me voilà à jour dans mes récits :)

Sarajevo, Bosnie-Herzégovine – Belgrade, Serbie

  • Date : 6 août 2017
  • Heure de départ : 11h30
  • Heure d’arrivée : 18h00
  • Température : soleil

Cliquez pour voir la carte sur Google Maps

Tram de Sarajevo

Un autre jour, une autre capitale. Disons que depuis quelques temps, le rythme effréné du voyage commençait à se faire sérieusement sentir. En temps normal, jamais je ne me serais organisé de telles vacances (pauvre mère d’Audrey), mais nous sommes ici seulement de passage en route vers l’Asie-Centrale et pour tirer le maximum de chaque endroit, nous devons budgeter le temps de manière très serrée.

Rien digne de mention n’est arrivé entre Sarajevo et Belgrade, sauf peut-être un gradient d’aisance plutôt flagrant entre la partie bosniaque de la Bosnie et celle d’origine Serbe, jusqu’au pays lui-même, qui s’en tirait manifestement mieux que son voisin (et ancien ennemi). La Bosnie est montagneuse et peu développée, la Serbie est généralement plane et agricole. Le choc fut complet une fois entré dans Belgrade qui, nous l’avons vite remarqué, se présentait comme une splendide capitale Européenne.

Dès la voiture garée, deux femmes attablées à une terrasse, voyant que nous n’étions pas du coin, nous ont lancé un mot de bienvenue et nous ont invité à aller prendre un verre avec elle. Dommage que nous n’ayons finalement pas pu donner suite à leur offre, car cela aurait été une excellente manière de débuter notre séjour. Disons que les priorités n’étaient pas au même endroit pour tous… Donc dès sorti. de l’auberge, nous nous sommes mis à chercher un restaurant pour finalement tomber sur un truc pas trop mal qui servait effectivement de la bonne cuisine serbe. Le repas terminé, la pluie nous a prit de court (pour la première fois du voyage). L’averse passée, Audrey et moi sommes allés nous promener dans les rues de la ville. Belgrade avait définitivement quelque chose de très charmant : des rues et avenues bordées de platanes, d’innombrables café/bars, des gens sympathiques et une atmosphère relax. Bref, de quoi plaire à n’importe qui.

Mostar, Bosnie-Herzégovine – (Bunker de Tito, Konjic) – Sarajevo, Bosnie-Herzégovine

  • Date: 4 août 2017
  • Heure de départ: 11h00
  • Heure d’arrivée: 18h00
  • Température: soleil

Cliquez pour voir la carte sur Google Maps

La veille, en mentionnant notre trajet vers Sarajevo à la propriétaire de l’hostel, elle a tout de suite émit la suggestion d’aller visiter le bunker de Tito. Une gigantesque installation militaire construire à gros frais par le fameux dictateur et tout récemment ouverte au public. J’étais vendu d’avance.

Konjic

Le lendemain, notre tour réservé (il fallait passer par une agence ou l’armée bosniaque, nous avons choisi la première option), nous sommes dirigés vers la ville Konjic par une route très pittoresque. Une fois arrivé sur place, nous avons eu tout juste le temps de manger un sandwich tranquille et nous étions en convois vers le bunker. L’installation était en faite tout près de la ville, mais masquée derrière trois maisons d’apparence anodines. Débuté dans le milieu des années 50 et terminé en 1979, soit un an avant la mort de Tito (il ne l’a jamais visité…), le bunker devait permettre à près de 300 personnes de vivre en autarcie complète durant 6 mois afin de survivre à un désastre atomique. D’une longueur de plus de 200 mètres et enfouis à 300 mètres sous la montagne, le bunker a coûté la faramineuse somme de 4.6 milliards de dollars de l’époque.

Attention! Mines!

À mon oeil, les installations, bien que gigantesques, ne justifiaient pas cette somme, mais ce qui a probablement fait gonfler le prix à ce point, c’est le niveau de secret dans lequel elles ont été construites. Chaque équipe d’ouvriers ne travaillait qu’environ un mois et sur une petite partie du projet. Ils se rendaient au site les yeux bandés en passant par quatre chemins pour les désorienter. Afin de ne pas éveiller de soupçons au niveau international, la machinerie était commandée en pièces détachées de partout en Yougoslavie et d’ailleurs dans le monde et assemblée sur place. Les gravats de l’excavation étaient pour leur part disséminés dans le paysage afin d’éviter toute accumulation. Bref, voilà pourquoi le projet a pris aussi longtemps à réalisé et coûté aussi cher.

En son intérieur, réfectoire, dortoirs, laboratoire, hôpital, salles de communication, génératrices, usine de filtration d’eau, salles multifonctions, les appartements de Tito lui-même, son bureau. Selon la guide, le bunker n’était même pas le projet le plus extravagant commandé par le dictateur. Il se classe en fait en troisième position, derrière un aéroport et une base navale souterrains. J’aurais adoré visiter l’aéroport, qui se trouve dans le nord du pays, mais il paraît que l’endroit est encore très miné… Aujourd’hui, l’intérieur du bunker est occupé par une exposition d’art contemporain biennale et d’ailleurs, une certaine partie de la visite lui est dévouée. Disposant de trop peu de temps pour observer et comprendre chaque oeuvre, j’aurais préféré plus de détails militaires et techniques, mais bon.

Le reste de la route vers Sarajevo s’est déroulé sans encombres. Une fois là, nous avons trouvé sans difficulté notre gîte pour les deux prochains jours, le War Hostel, construit par un famille à l’image des conditions de vie de l’époque. Coucher sur le sol, pas de lumières, éclairage à la bougie, eau courante seulement entre certaines heures, etc. Les murs étaient décorés de nombreux artefacts de la guerre ainsi que d’extraits de journaux de l’époque. L’établissement, entièrement géré par une famille, est un initiative du fils et possède un volet éducatif où ce dernier raconte l’expérience de son père comme soldat bosniaque et la sienne comme enfant durant le terrible siège de Sarajevo. L’hostel était le choix d’Audrey et j’ai complètement appuyé son initiative. Tout de même, j’ai esquissé un petit sourire en voyant l’endroit. Disons que ça m’a rappelé mon temps comme militaire.

Deux AK-47s et un casque dans le War Hostel

Ayant pris beaucoup de retard dans mon écriture, j’ai laissé Audrey et sa mère visiter la ville par elles-mêmes pour un bon deux heures et les ai rejointes plus tard pour un souper très réussi dans un restaurant de cuisine typique bosniaque. De tous les pays visités jusqu’à maintenant, c’est incontestablement en Bosnie que la nourriture y est le plus intéressante. L’explication est plutôt simple, la Bosnie est non seulement en un environnement multi-culturel, mais a fait partie de l’empire Ottoman pendant de longues années. Par la suite, il paraissait selon la mère d’Audrey que Sarajevo était reconnue pour sa musique live. Or, pas moyen d’en trouver ce soir là, pourtant un vendredi. Ce qui ne manquait pas par contre, c’était la opportunités de people watching. Sarajevo étant musulmane, elle attire son lot de touristes de cette confession, alors les femmes en niqab (juste les yeux découverts) et même certaines en burkha sont choses communes (Nous avons même pu observer comment quelques-nues s’y prenaient pour manger de la crème-glacée.) Partageant les mêmes rues, des exemples flagrants de poupées slaves peu habillées et complètement plastiques. Plutôt constrastant… À cet effet, Audrey et moi avons remarqué que plus nous progressions vert l’est, plus l’apparence des gens devenait douteuse. J’ai hâte d’arriver en Russie.

 

Kotor, Monténégro – Mostar, Bosnie-Herzégovine

  • Date: 3 août 2017
  • Heure de départ : 12h00
  • Heure d’arrivée : 18h00
  • Température : soleil

Cliquez pour voir la carte sur Google Maps

Le Monténégro a beau être un petit pays aux ressources limitées, il ne manque pas de beaux paysages. Comme de fait, la route vers la frontière bosniaque s’est montrée époustouflante. Le passage de la frontière l’a été un peu moins à patienter une bonne demi-heure au gros soleil dans la Golf. Cependant, nous nous comptions plutôt chanceux considérant un pauvre trio de néerlandais voyageant dans le sens contraire. N’ayant pas de papier prouvant que leur véhicule était assuré au Monténégro (les assureurs ont passé à un format de preuve d’assurance électronique aux Pays-Bas…), ils ont étés contraints d’acheter une police pour la durée de leur séjour au Monténégro. Or, ne possédant aucune devise en liquide sur eux et pas moyen de payer plastique, ils se sont donc faits retourner en Bosnie. Les gardes bosniaques n’ont pas vu d’un bon œil trois étrangers revenir vers leur frontière après s’être faits refuser l’accès à l’autre côté. Au final, ils ont dû s’en sortir, mais ils auront certainement de belles histoires à conter plus tard et je l’espère auront appris une petit leçon au passage : toute la planète ne s’est pas encore mise au numérique.

Initialement, nous devions passer trois jours à Sarajevo, mais après recherche, Mostar s’était présentée comme un incontournable sur notre trajet. Nous avons donc décidé d’y passer la nuit. Le trajet pour y arriver n’avait rien d’époustouflant, mais l’atmosphère qui régnait en Bosnie avait pour sa part quelque chose de vraiment différent de celle des pays visités auparavant. L’explication est plutôt simple : l’endroit et ses habitants portent encore les stigmates de la guerre bien en évidence. Partout, bâtiments détruits, impacts de balles témoignaient d’un peuple souffrant toujours des conséquences du conflit.

La pauvre Mostar, ville ou coexistent Serbes orthodoxes, Croates catholiques et Bosniaques musulmans s’est retrouvée en plein feu croisé alors que les différentes factions se la déchiraient à grand coup d’AK-47. La guerre a laisséedes traces flagrantes à Mostar et d’ailleurs, nous nous demandons encore s’il n’était pas volontaire de la part de ses habitants de ne pas réparer certains murs criblés de balles ou de remplacer des bâtiments en ruines afin de garder la mémoire de la guerre bien en vie. Bref, se balader parmi les rues de la ville avait quelque chose de surréel et d’enivrant, un sentiment que je n’avais pas vécu jusque-là alors que nous visitions une Europe bien aseptisée. D’autant plus que Mostar est bel et bien musulmane: de multiples minarets parsèment sa moitié. Nous étions arrivés sur le coup de l’appel à la prière d’ailleurs, et c’est le sourire au lèvre que la mère d’Audrey a accueilli ce premier contact avec une culture musulmane (Audrey l’avait vécu en Azerbaïdjan). D’entendre tous ces minarets résonner d’un Allah akhbar chanté par autant de muezzins a quelque chose de spécial et la première fois, ça surprend.

 

Vieux pont de Mostar

Une mur criblé d’impact de balles

Nos affaire déposées dans notre auberge côté musulman, nous nous sommes dirigé côté catholique pour aller visiter le monument aux morts de Yougoslavie (avant, arrêt obligatoire pour observer le magnifique pont de la vielle ville). À notre grande surprise, le monument était en décrépitude complète. N’empêche que j’adore explorer ce genre d’endroit, alors je me suis fait un plaisir à me promener sur le site parmi les tessons de bouteilles de bière et l’odeur fétide des excréments humains. Par une chaleur dépassant les quarante degrés, nous sommes tout de même parvenus à faire assez d’activité physique pour se construire une bonne faim, alors nous avons pris la direction du repas tout de suite après, non sans passer par d’autres chemins pour observer la ville.

Monument aux yougoslaves morts pour la patrie

La destruction est encore visible à Mostar

Encore, nous avons pu observer nombres de stigmates de combats qui ont fait rages ici. Une fois dans la vielle ville, nous avons rapidement trouvé la suggestion de restauration numéro un de la ville selon notre guide. Le repas a été entièrement à la hauteur de nos attentes: typique, goûteux, copieux, servi avec sourire et peu onéreux. Comme la fatigue gagnait l’équipe, nous sommes rentrés à l’auberge et en avons profité pour passer du temps devant nos écrans. Un peu plus tard, j’ai tenté d’entraîner Audrey dans une promenade en ville, mais sans grand succès.

Panoram depuis le vieux Mostar. Les observateurs remarqueront la coexistence de clochers et de minarets.

 

Dubrovnik, Croatie – Kotor, Monténegro

  • Date: 1er août 2017
  • Heure de départ: 11h30
  • Heure d’arrivée: 17h00
  • Température: soleil

Cliquez pour voir la carte sur Google Maps

Notre stationnement arrivait à expiration bientôt après le lever alors nous nous sommes dépêchés de retourner vers la voiture pour quitter Dubrovnik. Audrey avait formulé le souhait de voir un panorama de ville, ce qui n’a pas été trop dur à trouver une fois sur la route.

Le passage du côté monténégrin de la frontière s’est fait sans embrouille. Tous les papiers du véhicule est des voyageurs qu’il transportait ont été inspectés sans accrochage, ce qui augure bien pour les prochaines frontières. Une fois entrés au Monténégro, nous n’avons pas pu nous empêcher de remarquer que le niveau de chaos avait grimpé d’un cran. Comme de fait, le pays n’en est pas encore tout à fait au même stade de développement que son voisin du nord, la Croatie. Par conséquent, il s’y observait plus de déchets, moins de trottoirs et d’aménagements piétonnier et plus de développement urbain anarchique.

Nous devions aller passer une journée à Kotor et une à Podgorica, mais suite à une discussion la veille avec deux finlandaises que revenaient de là, Audrey a réorienté les plans vers un deux jours à Kotor. Ville médiévale nichée au creux de bouches éponymes, Kotor est coincée entre deux montagnes au fin fond d’une énorme baie serpentant entre les sommets qui la surplombent. D’ailleurs, elle s’est faite inscrire au patrimoine mondiale de l’UNESCO tellement elle est splendide, chose que nous avons rapidement confirmé en y arrivant. Nous avons fait un arrêt un peu avant Kotor dans la baie à Perast pour s’y restaurer à peu de frais et ce même dans l’établissement attrape-touriste typique. Un grand soulagement, car les semaines précédentes n’avaient pas été données.

Perast

Hôtel abandonné à Kotor

Une fois à Kotor, l’hostel se trouvait dans la vielle ville piétonnière, alors la voiture a été reconduite sur une place de stationnement devant un complexe hôtelier abandonné (oh que j’aurais aimé aller l’explorer…) Cela n’avait pas empêché aux locaux de se servir des anciennes installations en décrépitudes pour en faire une plage publique. Il faut dire que c’était probablement le meilleur coup d’oeil de la ville depuis le milieu de l’eau.

 

Les remparts de Kotor

L’auberge qu’Audrey avait sélectionné était ce que j’appelle un établissement avec valeur ajoutée. Au programme chaque jour : excursions, repas communautaires, pub crawls, etc. Excités par l’offre et le contact rafraîchissant avec d’autres touristes de notre trempe, nous nous sommes prévalus des deux dernières options. Ce faisant, nous avons dîné à la cuisine monténégrine (patate, bœuf haché et saucisses) sympathisé avec un Brésilien qui par hasard s’en allait lui aussi en Asie Centrale (sauf qu’il passait par l’Iran) et passé la soirée jusqu’au petites heures avec deux Portugais et un Suisse. Digne de mention aussi, plusieurs discussion avec nu monténégrin qui s’était joint aux festivités. Souffrant d’un contexte de « petit pays » tout comme la Slovénie, les pays baltes et autres, les monténégrins n’ont d’autre choix que de s’ouvrir sur le monde et d’apprendre d’autres langues s’ils espèrent un quelconque futur économique. Ainsi, ils en deviennent éduqués, ouverts et chaleureux; c’est tout à leur honneur.

Finalement, la police aura eu raison de la soirée au bar. En fêtard autonomes que nous sommes, nous avons repris le chemin de l’auberge pour retrouver le reste de sangria du souper et terminer par une longue discussion sur la politique.